Le 1er tour du Maroc à la voile de Saidia à Dakhla

Sport Nautique
Typography

Saïdia Marina, dimanche 28 septembre à 15 heures : arrivée du premier  “Tiamat”, ou  “bonjour” en maori.

A bord, six jeunes passionnés qui ont retapé ce bateau d’une quarantaine d’années, depuis deux ans afin de participer aux Voiles du Partage 2014-2015. Contrairement aux autres participants bien équipés, là, aucun instrument de navigation moderne : pas de pilote automatique, pas d’enrouleur de foc, pas de GPS intégré… Obligation de barrer à l’aide d’une petite roue en bois et d’être deux pour les quarts de nuit. Et pourtant, partis de Cap d’Agde avec un jour de retard, ils ont tracé sans escale aux Baléares, de peur d’être à la traine des Oceanis 53 et autres Catamaran confortables.

En mer, ils ont essuyé la tempête, à tel point que la barre de flèche se confondait avec le creux des vagues, à tel point que la grand voile et l’artimon ont lâché…. tant et si fort que les éclairs à quelques mètres éblouissaient Anne, à la barre.

Et bien, avec un bout de toile restant, vent arrière, ils ont fait leur entrée à Saïdia Marina, comme des grands. Et, surpris de leur exploit, en hissant le pavillon de Vue sur Mer ils nous ont gratifié d’un :

“Si vous saviez comme nous sommes heureux d’arriver au Maroc ! On en rêvait depuis le départ”.

Dois-je ajouter qu’à l’égal des six  bateaux qui les ont suivi aujourd’hui, leurs commentaires récompensaient nos efforts : “En fait, nous avons suivi à la lettre les indications du Guide des navigateurs, Cap sur le Maroc, pour entrer à la marina sans le moindre souci. Bravo à l’équipe de Vue sur Mer 

Et pour mesurer leur adhésion à l’esprit des Voiles du Partage, il suffit de visiter Tiamat de fond en combles. Hormis le carré, et l’espace cuisine, vastes et conçus pour préserver la bonne entente de six équipiers confinés en vase clos. le max du maximum de matériel éducatif et paramédical a pris place en soute, sous les couchettes, dans les placards et les moindres recoins, jusqu'à condamner deux cabinets de toilette. Ceci pour apporter une obole vitale en Casamance comme au Brésil.

Les enfants de tous ces pays, à commencer par le Maroc, ont guidé leur choix au cours des préparatifs. Ainsi, de jeunes élèves en France, offriront de leur part des dessins et peintures sur le thème de la mer au jeunes marocains de leur âge.. Leur objectif ? Rapprocher ces enfants, rencontrés à chaque étape de ce rallye humanitaire, établir des liens concrets et continuer à échanger d’une classe à l’autre, d’un nouvel ami à l’autre.

Enfin, Anne et Axelle, toutes deux profs de voile confirmées, apprendront aux jeunes des environs à manier leur première embarcation à bord des Optimist de la marina de Saïdia Med. Et, cerise sur le bateau, la fine équipe du Tiamat ne se sépare jamais de Kiaora, la fidèle chienne berger-beausseronne. En réalité un vrai loup de mer ! 

 Saïdia Marina, lundi 29 septembre

Inutile de dire que la joyeuse bande a épaté les nouveaux arrivants. Inutile de dire aussi que la solidarité des gens de mer a fait son œuvre dès lundi matin. Edouard, le voilier de la marina a prêté fil a coudre et aiguille crochetée, alors qu’Henri Proton offrait aussitôt un foc à mousquetons accueilli à grandes embrassades.

Et chacun de raconter les avatars de cette traversée bien agitée. La Grande Bleue est soudainement trompeuse. Gérard Lamur, président des Voiles du Partage, lui-même tarde à venir, et six autres voiliers sont encore en mer.

Saïdia Marina, 30 septembre 2014

Le marin propose, la mer dispose et les enfants naviguent

Depuis leur départ de Cap d’Agde le 21 septembre, les équipages des Voiles du Partage ont subi les caprices d’une Méditerranée démontée, comme souvent à l’Equinoxe. Bloqués sous les rafales de Force 8 aux Baléares, ou violemment chahutés le long des côtes espagnoles, neuf voiliers ont fini par se retrouver à la Marina de Saïdia, ce mardi. Heureux d’être enfin à l’abri et chaleureusement accueillis, ils ont aussitôt fait bloc au quai d’honneur pour recevoir une cinquantaine d’enfants démunis de la région orientale.

Par groupes de cinq, les petits ont découvert l’univers des bateaux, le fonctionnement des boussoles, la couchette des capitaines, les différentes voiles, le gouvernail ou le nœud de chaise. Le respect de la mer est en fil conducteur.

Puis, quatre à quatre, ils enfilent les gilets de sauvetage pour un baptême de la mer inoubliable. Les uns à bord d’un hobby cat, d’autres en canoé kayak ou petit voilier, car le vent annonçant l’orage, ne permettait pas d’embarquer les enfants sur Optimist. Enfin tous ont fait équipage sur le bateau promenade de Saïdia Med. Sourires aux lèvres et joues bien rouges, nos jeunes mousses ont pris leur goûter et ferons de beaux rêves en rentrant chez eux. Souhaitons-leur de faire de la voile une passion, voire un métier.

En fin de journée les navigateurs ont été invités à partager un joyeux repas au restaurant du port.

Demain matin, ils reprendront la mer et feront cap sur Tanger-ville en rejoignant au passage deux voiliers marocains conquis par l’esprit des Voiles du Partage.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir