900x170 Corridors

Maersk: la rentabilité décevante éclipse au 1T une envolée du bénéfice net

Marine Marchande
Typography

Le groupe maritime danois AP Møller-Maersk a annoncé jeudi une légère hausse de sa rentabilité au premier trimestre, mais inférieure aux attentes, sur fond d'incertitudes géopolitiques et commerciales, qui a éclipsé une envolée du bénéfice net lié à des cessions.

Le titre du géant du fret maritime, qui a cédé l'an dernier au français Total sa filiale d'exploration-production Maersk Oil pour se recentrer sur le transport et la logistique, perdait 11% à la Bourse de Copenhague dans un marché en repli de 0,84%.

Plombé notamment par des effets de change négatifs, l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) du trimestre sous revue a progressé de 4,8% sur un an, à 669 millions de dollars (567 millions d'euros), alors que le consensus d'Inquiry Financial attendait 852 millions de dollars.

Le groupe évoque également les contextes financier et géopolitique à l'international tendus qui gênent sa visibilité.

"L'augmentation des incertitudes liées aux risques géopolitiques, aux tensions commerciales et à d'autres facteurs ont une incidence sur le fret [...] et le taux de change", a indiqué le groupe.

Le PDG Søren Skou a regretté des résultats décevants, en particulier dans la branche "Océan" (Maersk Line, MCC, Seago Line, Sealand, Hamburg Süd et Aliança) du groupe.

"A court terme, notre performance, notamment dans le secteur Océan, est insatisfaisante", a-t-il reconnu. "La demande mondiale a légèrement été inférieure" aux estimations, a-t-il ajouté.

La perte sous-jacente (hors cessions, acquisitions et dépréciations), indicateur privilégié de Maersk, s'est creusée de 100 millions de dollars par rapport à la même période de l'année dernière, à 239 milliards, un résultat là aussi "insatisfaisant" pour le PDG.

Grâce à des cessions, le bénéfice net a lui été multiplié par plus de dix, à 2,7 milliards, et le chiffre d'affaires, dopé entre autres par des acquisitions, a bondi de 30,3%, à 9,3 milliards.

Maersk cherche à se recentrer davantage sur le transport et la logistique en se débarrassant de ses actifs dans l'énergie. Il a vendu Maersk Oil en août 2017 au groupe pétrolier français Total, pour 7,45 milliards de dollars.

Dans le même temps, le groupe danois a acquis en décembre son concurrent allemand Hamburg Süd, pour 3,7 milliards d'euros.

Maersk maintient ses perspectives pour le reste de l'année avec un bénéfice sous-jacent supérieur à 2017 et un Ebitda compris entre 4 et 5 milliards.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir

900x170 Corridors