Gestion des ressources halieutiques: L’Afrique de l'Ouest veut s'inspirer du modèle marocain

Pêche
Typography

Le Premier ministre sénégalais Abdoul Mbaye a appelé, mercredi, les pays membres de la Commission sous-régionale des pêches (CSRP, 7 pays d'Afrique de l'Ouest) à repenser de commun accord les stratégies de préservation des ressources halieutiques et invité à s'inspirer de l'expérience du Maroc dans ce domaine.

«Le Maroc est une référence, et nous pourrons reproduire son expérience sur nos zones de pêche avec l'aide des partenaires», a-t-il dit en s'exprimant à l'ouverture de la 14e session extraordinaire des pays de la Commission sous-régionale des pêches (CSRP) qui se tient à Dakar.

Le chef du gouvernement sénégalais a souhaité que la 14e session extraordinaire des pays de la CSRP, parvienne notamment à «des propositions relatives à l'harmonisation des périodes des accords de pêche ou à leur suspension», en faisant référence aux accords bilatéraux avec les flottes de pêche étrangères opérant dans les eaux d'Afrique de l'Ouest.

La rencontre de Dakar, qui a pour ambition de coordonner les stratégies de gestion des ressources halieutiques de la sous-région, réunit les ministres de la Pêche du Cap-Vert, de la Gambie, de la Guinée, de la Guinée-Bissau, de la Mauritanie, du Sénégal et de la Sierra Léone, en plus de partenaires techniques et financiers.

Le premier ministre sénégalais a souligné la nécessité d'arriver à une concertation sur les repos biologiques pour tenir compte de la migration et des cycles de reproduction des espèces ciblées.

«Les résultats attendus de l'exploitation des ressources halieutiques d'un Etat membre de la CSRP, ne peuvent atteindre les objectifs poursuivis, sans l'harmonisation des politiques sous régionales», a affirmé Mbaye, appelant à une mutualisation des moyens et des efforts en s'inspirant des meilleures pratiques mises en œuvres dans le domaine de la pêche, notamment celle du Maroc.

Juste après l'arrivée au pouvoir du quatrième président sénégalais, Macky Sall, le Sénégal a annulé en 2012 les licences de pêche accordées à des opérateurs étrangers par l'ancien gouvernement.

«Le gel de l'octroi de licence de pêche à des armateurs étrangers a été entamé avec la suspension des autorisations de pêche des espèces pélagiques par les navires étrangers depuis mai 2012. Cette mesure sera maintenue et poursuivie en 2013», a assuré à ce sujet Mbaye.

La pêche représente pour le Sénégal, comme pour plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest, un secteur de première importance pour l'économie du pays. Elle constitue une part importante de l'emploi, et constitue l'un des premiers postes des ressources en devises. Les eaux de l'Afrique de l'Ouest comptent parmi les plus poissonneuses au Monde. 

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir