Seafood, le salon des produits de la mer s'ouvre mardi à Bruxelles

Pêche
Typography

Le 21e European Seafood, salon du négoce mondial des produits de la mer et de l'aquaculture, qui ouvre ses portes de mardi à jeudi à Bruxelles, est l'occasion pour des entreprises françaises de développer leurs marchés à l'international.

 

Près de 1.600 exposants venus de 70 pays attendent 26.000 visiteurs, essentiellement des professionnels de l'agroalimentaire, des acheteurs de la distribution et de la restauration, pour ce salon, devenu incontournable, des produits qui garniront bientôt le rayon marée des grandes surfaces.

FranceAgriMer, établissement national des produits de l'agriculture et de la mer, fédèrera le Pavillon France composé d'une cinquantaine d'entreprises - mareyeurs, transformateurs, conchyliculteurs, ostréiculteurs, aquaculteurs, groupements qualité, centres techniques et de recherche ou associations interprofessionnelles.

Six de ces entreprises hexagonales sont en lice pour décrocher le Seafood Prix d'Élite 2013, destiné à récompenser "les produits les plus innovants en restauration hors domicile" précise FranceAgriMer, tout en tenant compte des atouts nutritionnels, de l'aspect pratique et du conditionnement du produit.

L'un des axes d'innovation vise les jeunes, voire très jeunes consommateurs qui restent un public encore à conquérir, explique Dominique Defrance, délégué filière pêche et aquaculture à FranceAgriMer.

Les jeunes consommateurs cherchent des produits "sans odeur, ni écaille, ni peau gluante, ni arrête, ce poisson idéalisé qui n'a même plus la forme d'un poisson", poursuit M. Defrance.

L'industrie essaie de les inciter à plus consommer, en captant leurs goûts et en créant des produits "fun" avec des "packaging colorés" et/ou à grignoter sur le pouce.

L'intérêt du Seafood est aussi de présenter des produits de la mer finis, aboutis, consommables tels quels, qui nécessitent au plus un passage au micro-ondes.

En France, la transformation des produits de la mer représente 300 entreprises et 15.900 salariés, pour un marché estimé à 4,8 milliards d'euros, selon des données de FranceAgriMer.

Les grandes et moyennes surfaces assurent la distribution à 90% des produits traiteurs réfrigérés et les conserves, se tournant d'abord "vers l'importation souvent moins chère de produits élaborés", souligne FranceAgriMer.

En France, la consommation de poisson s'élève à 23,5 kg par an et par habitant, dont 10 % de poisson d'aquaculture, selon des données de FranceAgrimer datant d'avril 2012.

You might like also

La BERD et la FENIP pour une meilleure valorisation des produits de la mer
La Banque Européenne pour le Reconstruction et le Développement (BERD) et la Fédération Nationale des Industries de Transformation de la Pêche (FENIP) organiseront en partenariat avec l’Association Marocaine des Exportateurs (ASMEX) un meeting à Agadir, le jeudi 26 septembre, sous le thème « La valorisation et la transformation des produits …
38 Days ago
Pêche côtière et artisanale : hausse de 9% des débarquements à fin juillet
Les débarquements des produits de la pêche côtière et artisanale ont atteint 724.350 tonnes (T) au titre des sept premiers mois de cette année, en croissance de 9% par rapport à la même période un an auparavant, selon l’Office national des pêches (ONP). …
57 Days ago
13éme Session du Conseil d’Administration de l’Agence Nationale pour le Développement de l’Aquaculture à Agadir
L’ANDA poursuit sa mission d’accompagnement des projets aquacoles et d’appui aux investisseurs pour la concrétisation de leurs projets. …
68 Days ago
Gabon, Mort mystérieuse de poissons à Lambaréné : le gouvernement aphone, les populations dans la psychose
Libreville, 22 Juillet (AGP) – Alors que la mort subite de poissons dans les eaux de Lambaréné, la capitale provinciale du Moyen-Ogooué (Centre), cristallise l’attention depuis plusieurs jours, les populations déplorent le lourd silence des gouvernants dans ce dossier. Il s’agit pourtant d’un problème de santé publique, tout sauf banal.
90 Days ago
Recevez notre newsletter