La commission de la pêche du Parlement européen adopte à une large majorité l'accord de pêche entre le Maroc et l’UE

Pêche
Typography

La commission de la pêche du Parlement européen a adopté, mercredi, à une large majorité l'accord de pêche entre le Maroc et l'Union européenne (UE).

Ce vote décisif au sein de cette commission, qui statue sur les questions de fond, est l’ultime étape au niveau des commissions spécialisées du Parlement européen avant l’adoption finale en session plénière qui devrait intervenir en février prochain.

De source parlementaire européenne à Bruxelles, on estime que le vote de ce texte à 17 voix pour et 7 contre, avec 2 abstentions, reflète la position de la majorité des groupes politiques représentés au sein du Parlement européen et constitue une suite logique des développements positifs récents dans le partenariat stratégique qui lie le Maroc à l'UE, notamment l’adoption à une écrasante majorité, la semaine dernière en plénière à Strasbourg, de l’accord agricole qui étend les préférences tarifaires aux produits issus des provinces du Sud du Royaume.

L’accord de pêche entre le Maroc et l'UE, qui fixe les conditions d’accès pour la flotte européenne et prévoit les exigences d’une pêche durable, a été signé le 14 janvier à Bruxelles.

Cet accord couvre la zone de pêche s'étendant du parallèle 35 jusqu'au parallèle 22, à savoir du Cap Spartel dans le nord du Maroc jusqu'au Cap Blanc dans le sud du Royaume.

Il précise, entre autres, les zones de pêche et les conditions d’accès pour la flotte européenne, avec une augmentation de la contrepartie financière qui passera d’une moyenne annuelle de 40,0 M€ à 52,2 M€ (+30%).

L’accord comprend également des dispositions visant à optimiser les retombées et les bénéfices pour les populations locales des zones concernées. Il prévoit aussi des exigences techniques visant la préservation de la durabilité des ressources halieutiques et la protection de l’environnement marin.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir