Accord de pêche : le retour des bateaux de pêche espagnols dans les eaux marocaines

Pêche
Typography

Les bateaux espagnols sont de retour dans les eaux marocaines. En effet, le Maroc a récemment donné son feu vert pour permettre aux bateaux européens de revenir dans les pêcheries nationales. Une grande nouvelle pour la filière espagnole.

Le Maroc a donné son feu vert afin que les bateaux européens puissent revenir dans les pêcheries nationales, et ce malgré l’état d’alerte sanitaire décrété au Maroc, rapporte Les Inspirations Eco dans sa publication de ce mardi 7 avril. Pour la filière espagnole, il s’agit là d’une grande nouvelle. Le quotidien explique que la filière retenait son souffle depuis le 1er avril, date qui coïncidait avec la fin de la période de repos biologique. «Dimanche, quatre embarcations andalouses ont pu jeter leurs filets dans les pêcheries marocaines, précisément dans la zone du nord du royaume, proche du Golfe du Cadix», apprend-on également.

Force est de constater, au sujet du débarquement des captures dans les ports marocains, que la filière espagnole a pu avoir gain de cause dans la mesure où, en vertu de l’accord signé entre le Maroc et l’UE, il a été décidé que cette clause serait suspendue durant cette crise sanitaire et que les embarcations européennes ne seraient plus appelées à débarquer les captures dans les ports marocains. Il s’agit d’une mesure de précaution pour minimiser les contacts et la propagation du virus. «C’est une exception», fait donc remarquer une source citée par le journal, ajoutant que cette décision temporaire réchauffe les pêcheurs espagnols qui ont mené un combat incessant pour revoir cette clause.

Soulignons que la fermeture des lieux de restauration et des établissements d’hébergement pénalise le secteur. La baisse considérable de la consommation des ménages, en cette période de confinement, n’arrange pas les affaires. «Le marché s’est effondré. La population a baissé sa consommation et les prix ont dégringolé», soutient ainsi une autre source.

Recevez notre newsletter
Pas de connexion Internet