Le niveau d’endettement de TMSA ralentit ses projets de croissance

Portuaire
Typography

altTanger Med entame son deuxième plan triennal 2010-2012 sous le signe de la consolidation des acquis et du passage d’une configuration de projet et de construction à une logique d’exploitation et de création effective de la valeur et de la croissance.

L’année 2011 a été marquée par le redéploiement de la structure opérationnelle de TMSA manifesté par :

- la filialisation de l’activité portuaire à travers l’apport des actifs et du droit de jouissance y rattaché avec reprise des dettes de la société à Tanger Med Port Authority (TMPA). Cette opération, réalisée au 13 avril 2011, a permis à la société TMSA de segmenter cette activité et d’ouvrir son capital en faveur de la société Fipar Holding, filiale de la CDG ;

- la prise de contrôle dans le capital de la société Tanger Free Zone à hauteur de 51% ce qui a permis d’ériger cette société en un véhicule de développement des zones franches dans le cadre de la grande plateforme industrielle en vue de bénéficier du savoir faire et de l’expertise développée dans ce domaine ;

- l’augmentation du capital social de TMSA Holding de 40 MDH à 220 MDH et de la société Tétouan Shore de 30 à 90 MDH.

En termes d’investissements programmés pour l’exercice 2012, la TMSA a décidé l’étalement de la réalisation de certains investissements des différentes sociétés du Groupe sur plusieurs exercices. Il s’agit du terminal à conteneur n° 3 et des deux postes pétroliers (TM2), de la construction des entrepôts de la zone franche logistique (TMSA), de l’acquisition et de la viabilisation des terrains (TFZ) et de la construction des appontements piétons dans le port roulier et passagers (TMPA) et ce, dans un objectif d’optimisation des sources de financement et partant de l’endettement du groupe.

Ainsi, les investissements prévus pour les exercices 2012 et 2013 s’élèvent, respectivement à 1.581 MDH et 638 MDH.

Concernant la Zone Franche Logistique, TMSA envisage la réalisation d’une expertise portant sur le positionnement concurrentiel de la ZFL et les possibilités d’enrichissement de la proposition de valeur de Medhub en vue de formaliser la stratégie de commercialisation de la zone franche logistique.

Au niveau de la grande plateforme industrielle, le plan d’action de TMSA prévoit la finalisation des travaux de la première phase sur 55 hectares, le démarrage de l’exploitation et l’accélération du développement commercial de Tetouanshore, le lancement des travaux de la première phase (33 ha) et de la pré-commercialisation de Souk Lekdim et l’installation des industriels SAPT à la Zone franche de Tanger.

Quant à la commercialisation des terrains et locaux aménagés à usage professionnel, la Société compte réaliser, via sa filiale Tanger Free Zone, un chiffre d’affaires de 192 MDH en relation avec l’évolution combinée des prix de vente et des superficies vendues et de l’augmentation de l’activité locative.

En termes de retombées économiques de l’espace Tanger Med, il y a lieu de souligner que l’espace Tanger Med est devenu un outil puissant au service d’une meilleure intégration du Maroc à l’économie mondiale. Ces réalisations positives ont été rendues possibles grâce notamment à la bonne gouvernance mise en place entre l’Etat et la société et à l’exécution par l’Etat et TMSA de leurs engagements respectifs au titre de la convention du 17 février 2003.

Des groupes internationaux de renom comme le Danois Maersk se sont vus confier la concession de certains terminaux pour une durée de 30 ans. Des groupes marocains, comme le groupe Akwa, opèrent également au port en tant que concessionnaires.

Les retombées économiques de Tanger Med peuvent être approchées en termes d'emplois directs et indirects, d'investissements privés et de mobilisation d’assiettes foncières.

Au niveau de l’investissement privé, il s’élève à 25,8 MMDH répartis comme suit :

- Tanger Med I a drainé 17 MMDH répartis entre les terminaux à conteneurs, le vrac, le Ro Ro et les hydrocarbures ;

- 4 Zones franches ont attiré 8,75 MMDH dont 15 MDH pour la zone franche logistique, 7 MMDH pour la zone franche Tanger, 1 MMDH pour la zone franche Automobile et 60 MDH pour le Parc Tetouan Shore.

Au niveau de l’assiette foncière nette mobilisée, elle atteint 1.027 ha dont 131 ha pour Tanger Med I, 160 ha pour Tanger Med II et 736 ha pour les zones franches.

S’agissant des emplois directs et indirects créées, ils sont de l’ordre de 232.000 emplois répartis comme suit :

- Tanger Med I : 2.500 emplois directs et 5.000 emplois indirects ;

- Tanger Med II : 6.000 emplois directs et 12.000 emplois indirects ;

- Zones franches : 62.000 emplois directs et 144.500 emplois indirects.

Le Port Tanger Med est associé à une vision stratégique intégrée faisant office non seulement de plateforme portuaire, mais aussi de plateforme logistique et industrielle. Il est à proximité du complexe Renault-Nissan, en fonction depuis février 2012.

Au niveau interne, il est aussi intégré au réseau ferroviaire national ainsi qu’au réseau autoroutier. Le projet de construction d’une Ligne à Grande Vitesse (LGV) permettra de relier le port à celui de Casablanca en 2 heures 10 minutes au lieu des 4 heures 45 minutes actuellement. Ce qui est profitable à tous les intervenants économiques et autres utilisateurs en termes de gain de temps et de fluidité des activités de fret.

alt

Recevez notre newsletter