Le Port de Marseille Fos veut reconquérir le Trafic Maritime entre le Maroc et l’Europe

Portuaire
Typography

Les échanges de visites s’intensifient entre les acteurs publics et privés du secteur du Transport Maritime marocains et phocéens. Ainsi, après la visite de travail effectuée à Marseille en Aout dernier par une délégation d’opérateurs marocains du Transport maritime conduite par le Ministre Aziz RABBAH, c’était autour de Tanger et Casablanca d’accueillir cette fois-ci des operateurs Marseillais le 25 & 26 Septembre dernier.

La Présidente du Directoire du GPMM Mme Christine CABAU WOEHREL a accordé en exclusivité à MaritimeNews et Transport et Logistique Review un entretien ou il a développé les principaux objectifs de cette mission.

MaritimeNews : On parle beaucoup ces derniers temps d’un partenariat stratégique entre le GPMM et le Maroc, mais concrètement comment donner corps à cette ambition ?

Christine CABAU WOEHREL : Aujourd’hui les relations entre le GPMM et le Maroc ne sont pas simplement un discours, mais c’est notamment des projets concrets. Depuis le début de l’année, un CAR CARRIER relie d’une manière régulière Tanger Med au port de Marseille.

En août dernier durant la visite des opérateurs marocains au port de Marseille, nous avons signé des accords de coopération avec l’ANP port de Casablanca et TMPA.

Aujourd’hui, cinq armateurs nous accompagnent durant cette visite : ARKAS, MARFRET, CMA CGM, NEPTUNE et MEDCROSSLINE, et je peux vous assurer qu’ils comptent développer des projets concrets.

MaritimeNews : De nouveaux services en perspective ?

 Christine CABAU WOEHREL : Oui, un armateur est en prospection pour l’ouverture d’une ligne RORO Bihebdomadaire entre Tanger Med et Marseille avec un transit time de 36H, un important trafic qui passe aujourd’hui par route via l’Espagne peut être capté par cette ligne.

MaritimeNews : Peut-on penser alors que cette ligne puisse bénéficier d’un soutien européen dans le cadre du programme des Autoroutes de la Mer ?

Christine CABAU WOEHREL : Nous n’en sommes pas encore là, puisque cette ligne est encore au stade de l’étude, mais puisque celle-ci va certainement permettre un report modal du routier vers le maritime, elle est tout à fait éligible au programme des autoroutes de la mer, d’ailleurs nous sommes prêts à soutenir une telle démarche.

MaritimeNews : La ligne historique qui relie le Maroc à Marseille a été de tout le temps celle de Casablanca/Marseille est ce que les projets de développement aujourd’hui de nouvelles lignes entre Tanger Med et Marseille ne va concurrencer celle-ci ?

Nous ne sommes pas du tout dans cette logique, notre but aujourd’hui est de ramener de nouveaux flux et développer de nouveaux trafics entre le Maroc et Marseille à travers l’intensification des lignes maritimes. Nous voulons faire du port de Marseille un Hub pour les échanges de marchandises entre le Maroc et le Sud de l’Europe.

MaritimeNews : Les échanges par voie maritime entre le Maroc et la France ne concernent pas uniquement le trafic marchandise mais également passagers, malheureusement il n’existe pas de lignes entre le Maroc et Marseille pour ce trafic, peut on imaginer des perspectives dans ce sens ?

Christine CABAU WOEHREL : Le GPMM mène une action concrète dans ce sens, grâce à notre lobbying nous avons pu obtenir du Ministère de l’équipement, du transport et de la logistique d’inclure la ligne Marseille/Tanger Med dans le deuxième AMI, nous pensons que c’est déjà un acquis, aucun armateur n’a postulé pour cette ligne mais nous travaillons sérieusement sur les conditions d’émergence de cette ligne et nous sommes confiants sur ce sujet.

MaritimeNews : Le Port de Marseille a trainé derrière lui une certaine image sur le plan social, est ce que les choses ont changé sur ce volet ?

Je peux vous assurer que l’ensemble de la communauté portuaire du GPMM est aujourd’hui mobilisée pour développer le port, depuis maintenant plus de trois ans nous n’avons connu aucun mouvement social et la délégation qui m’accompagne aujourd’hui compte parmi ses membres nos partenaires sociaux qui peuvent vous le dire eux-mêmes.  

Aujourd’hui, plusieurs operateurs de terminaux du GPMM sont entrain d’investir massivement pour accompagner la croissance soutenue du port, ils ne l’auraient pas fait, s’ils avaient un doute sur la compétitivité et l’avenir du port. 

Recevez notre newsletter