Tanger Med II ne créera pas d’emplois pour les Marocains et signe l’arrêt de mort des Dockers

Portuaire
Typography


On croyait que la longueur des négociations était un signe de bon augure pour arriver à un bon accord au profit du Maroc, il s’est avéré le contraire, APM Terminals a profité du manque d’expériences ou du manque de conviction de la partie marocaine pour imposer ses propres choix technologiques et de business plan.

Ainsi, première concession majeure accordée par le Maroc à APM Terminals, c’est le choix technologique du futur terminal à conteneurs, qui sera totalement automatisé. Ceci implique de facto Zéro emploi pour le Maroc dans les opérations de manutention, qui constituent le cœur de métier et d’activité d’un terminal.

Cette concession risque d’avoir un effet d’entrainement dévastateur sur l’emploi portuaire au niveau du complexe portuaire de Tanger Med et même au-delà.

Marsa Maroc qui est concessionnaire du TC4 dans le port de Tanger Med II, ne pourrait se permettre d’autres choix technologiques qui rendraient son terminal moins compétitif vis-à-vis de la concurrence.

En accordant ce choix technologique, TMSA a créé un précédent qui va certainement conditionner les futurs projets de concessions portuaires au Maroc, comme dans le cas du port de Nador West Med qui aura également une composante terminal à conteneur.

Si pour APM Terminals, cet acquis majeur reste de bonnes guerres, dans le cadre des négociations pour une entreprise commerciale, on a l’impression que de l’autre côté, TMSA qui est dépositaire de prérogatives de souveraineté de l’Etat Marocain, a joué le rôle d’un spéculateur immobilier qui a valorisé un foncier qui bénéficie d’une position stratégique « Le Maroc » sans trop s’occuper de la valeur ajoutée réelle pour le pays et sa population à savoir « Les Marocains ».

En tout cas, ce projet comme il vient d’être annoncé, ne cadre ni avec l’esprit, ni avec la volonté Royale de faire de l’aménagement et le développement territoriale de la zone de Tanger Med un levier important au service du développement humain et de la population de la région.

Deuxième péché capital qu’on pourrait reprocher à ce projet, l’absence d’engagement contractuel d’APM Terminals qui est pourtant filiale du numéro 1 Mondial dans le transport maritime MAERSK LINE, à soutenir ou à opérer des navires sous pavillon marocain. Cette condition avait été inscrite dans le cahier des charges d’Eurogate Tangier  lors de la concession en 2006 du TC2 même si celle-ci n’a pas été respectée.   

Aujourd’hui que le gouvernement à finaliser sa nouvelle stratégie pour le développement du secteur du transport maritime national, il aurait été judicieux de commencer par mettre en œuvre un des axes de cette nouvelle stratégie maritime, à savoir lier les concessions portuaires au développement du pavillon national, surtout que la concession d’APM Terminals sera probablement, la concession majeure qui va sceller définitivement le destin du port de Tanger Med II.

D’ailleurs l’absence du Ministre Aziz RABBAH, pourtant Ministre de l’équipement, du transport et de la Logistique de la cérémonie de signature de cet important accord dans le secteur portuaire, renseigne sur le fait que ce projet à été négocié loin des arcanes de son Ministère, alors qu’il aurait pu être invité ne serait-ce qu’au titre de membre du conseil de surveillance de TMSA.

Ceci remet encore une fois sur la table, la capacité du Maroc a mené des politiques publiques cohérentes et convergentes, notamment dans le secteur maritime et portuaire.

Troisième et dernière erreur stratégique qui peut être relevée dans cet accord, c’est le fait qu’APM Terminals s’est réservée un droit d’option sur 400 ml supplémentaires de quai, ce qui veut dire qu’aujourd’hui, soit TMSA est incapable d’attirer d’autres opérateurs internationaux au port de Tanger Med, soit qu’elle accepte d’accorder une exclusivité à APM Terminals sur le port. Ceci revient malheureusement à mettre tous nos œufs dans le panier d’APM Terminals, qui aura une position dominante avec au moins 2800 ml de quais dans le complexe portuaire de Tanger Med sur les 4400 ml prévus à termes.   

Recevez notre newsletter