En phase de consolidation, le guichet unique marocain explore les nouvelles tendances dans l’implémentation des activités

Portuaire
Typography

Le Maroc profite de la 5ème édition de la conférence internationale du guichet unique pour découvrir l’expérience des autres pays  en matière de  méthodologie et mise en œuvre.

L’expérience du GUCE, le guichet unique du commerce extérieur de la côte d’ivoire, est un exemple édifient. Parmi les innovations exploitées, nous citons, entre autres, la signature électronique, la certification internationale, l’analyse préalable des risques à la consommation.

Le Sénégal développe un cadre juridique attrayant traduit par la mise en fonction d’une loi portant sur la cybercriminalité, une loi relative à la société d’information et la protection des données  informatiques. Le pays enregistre 71 pôles publics et privés interconnectés, ce qui permet de faciliter le traitement de flux d’information entre entreprises agréées, commissionnaires agréées, etc.

De même, la côte d’voire dévoile les nouveaux projets en cours, tel le suivi du transit. Et rappelle que la sécurisation et l’augmentation des recettes de l’État est parmi les objectifs du GUCE.

Madagascar  poursuit la mutation.  Le pays  s’emploie à faciliter et renforcer le contrôle douanier (vérification physique) et mettre à jour le cadre juridique. Le Maroc développe la même chose dans le cadre de l’échange électronique.

Le guichet unique marocain  a dressé les derniers faits marquants. Entre autre, une généralisation du préavis d’arrivée au port des conteneurs pleins, la dématérialisation de la licence d’exportation et du dépôt de manifeste à l’export. Notre pays est entrain de consolider les besoins de la continuité d’activité. Il franchit la barre de 25 000 utilisateurs.

Recevez notre newsletter
Pas de connexion Internet