Le Ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau en visite au port de Casablanca

Monsieur Abdelkader AMARA, Ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, accompagné de Monsieur Abdelkébir ZAHOUD, Wali de la Région de Casablanca- Settat, a effectué ce mercredi 14 mars 2018 une visite de travail au port de Casablanca. Cette initiative, qui s’inscrit dans le cadre des visites lancées par M. le Ministre depuis sa nomination à la tête du Département, a pour objectif de s’enquérir des investissements structurants de l’ANP dans ce port et de visualiser les différentes activités des terminaux portuaires.

 

Lors de cette visite, les responsables de l’ANP ont donné un aperçu détaillé sur les installations du port de Casablanca ainsi que sur les activités qui s’y exercent et leurs modes d’exploitation. M. le Ministre a ainsi pris connaissance des principales données sur le trafic du port, estimé à 31 millions de tonnes/an, le plaçant ainsi au rang de 1er port du Royaume pour le trafic import-export, et parmi les plus importants d’Afrique, avec un nombre d’escale qui avoisine les 3.000 navires par an.

La répartition du trafic du port de Casablanca en 2017 a été présentée lors de cette visite et elle se décline comme suit :

- Le vrac solide (phosphates, céréales, sucre, …), principal trafic de l’activité du port avec environ 18,5 millions de tonnes traités;

- Les marchandises générales (bois, sidérurgie, …) avec 12 millions de tonnes;

- Les conteneurs, le conventionnel et le roulier constituant le cœur d’activité du port de Casablanca. Le trafic des conteneurs s’est établi à environ 987.000 EVP et le trafic roulier a enregistré environ 116 000 unités;

- Le vrac liquide composé principalement des huiles végétales avec un tonnage traité de 475.000 tonnes.

Cette visite a été également l’occasion pour présenter à M. AMARA, et à l’ensemble de la délégation qui l’accompagne, les améliorations significatives des indicateurs de performance du port de Casablanca (la réduction du délai de séjour des conteneurs, la limitation de la sinistralité des marchandises, etc) apportées par la nouvelle organisation du secteur portuaire, par les investissements réalisés et par la réorganisation des modes d’exploitation des terminaux portuaires.

Par la suite, M. le Ministre a visité les principaux terminaux du port de Casablanca, à savoir :

- Le terminal à conteneurs 3 : entré en service le 24 octobre 2016, il offre une capacité de traitement annuelle de 600.000 EVP avec une superficie de 60 hectares et 530 ml de quai. En 2017, ce terminal a traité un trafic d’environ 287 000 EVP.

- Le terminal voiturier de Marsa Maroc : inauguré par Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, que Dieu le Glorifie, le 26 avril 2012, il est doté d’un parking d’une superficie totale de 100.000 m², sur 5 niveaux offrant une capacité de stockage de 5000 voitures. En 2017, ce terminal a traité 106.500 véhicules.

- Le terminal polyvalent de Somaport : Disposant d’une superficie de 14 hectares, d’un linéaire de quai de 500ml et équipé de 3 grues d’une capacité allant jusqu’à 104 T, ce terminal a traité en 2017 un trafic dépassant 1.500.000 T de marchandises.

- Le terminal à conteneurs de Somaport : d’une superficie de 20 hectares, un linéaire de quai de 700 ml et une capacité de traitement annuelle de 300.000 EVP, ce terminal a traité en 2017 un trafic d’environ 358.000 EVP.

Monsieur AMARA a enchainé par la visite des chantiers des principaux projets en cours de réalisation au port :

- La composante maritime de la voie reliant le port de Casablanca à la Zone Logistique Multiflux de Zenata : ce projet s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de développement de la compétitivité logistique et permettra de fluidifier le trafic des marchandises, de désengorger les voies mitoyennes au port et d’améliorer les conditions de transit entre le port de Casablanca et la future zone logistique de Zenata. Ce projet, cofinancé par l’ANP et l’Etat, coûtera plus de 864 Millions DHS et consiste à réaliser une route en 2 x 3 voies sur plus de 4 km.

S’agissant des autres projets, ils rentrent dans le cadre du grand projet « Wessal Casablanca-Port » qui vise la valorisation de la zone historique du port de Casablanca et le développement de la vocation touristique de la métropole. Il s’agit du :

i. Nouveau port de pêche : adossé à la jetée Moulay Slimane, sa réalisation permettra de dépasser les insuffisances de l’actuel port et de créer de nouvelles conditions optimales pour l’exercice des activités liées au transit des apports de la pêche. Ce nouveau port de pêche, qui mobilisera un investissement de 1,08 milliards de dirhams comptera parmi ses infrastructures des ouvrages de protection d’environ 1200 ml, plus de 700 ml d’ouvrages d’accostage, 12 ha de terre-pleins ainsi que l’ensemble des superstructures nécessaires au fonctionnement du port dans des conditions optimales.

ii. Nouveau chantier naval : situé dans la partie Est du port, ce projet vise à répondre aux besoins de la demande nationale pour les services de chantiers navals et saisir également les opportunités offertes par le marché international pour ces activités. Le nouveau chantier naval consiste en la construction d’une forme de radoub, d’une darse pour portique à sangles, d’une plateforme élévatrice et 660 ml de quais de réparation. Ce projet, mobilisera un investissement de 2,28milliards de dirhams.

iii. Nouveau terminal pour les croisières : cette installation s’inscrit dans le cadre du développement de l’offre touristique de la ville de Casablanca. Elle s’étale sur une longueur de 665 ml pour une capacité d’accueil de 450.000 croisiéristes par an. Le nouveau terminal pourra accueillir des paquebots allant jusqu’à 350 m et sera doté d’une gare maritime et toute l’infrastructure nécessaire à l’accueil et à l’embarquement des croisiéristes. Sa réalisation nécessitera une enveloppe financière de 588 millions de dirhams.

iv. Bâtiment communautaire du port de Casablanca : cet édifice est constitué d’un ensemble à usage de bureaux, constitué d’une tour haute de R+25 et une tour basse de R+8, reliés par un hall, le tout sur un terrain d’environ 3.000 m² en dessous duquel seront aménagés 4 niveaux de sous-sols. Sa réalisation nécessitera une enveloppe budgétaire d’environ 305 millions de dirhams. Actuellement, les travaux de terrassement sont au stade d’achèvement.

Recevez notre newsletter