Le Maroc approuve la modification de l'accord de libre-échange Maroc-Turquie

Commerce Exterieur
Typography

Le Conseil des ministres du Maroc a approuvé mercredi à Rabat la modification de l'accord de libre-échange (ALE) entre le Maroc et la Turquie.

Le roi Mohammed VI a présidé le conseil des ministres, une réunion qui a vu l'approbation de cinq accords internationaux.

L'approbation du projet de loi concernant l'ALE entre le Maroc et la Turquie intervient une semaine après que le conseil du gouvernement a approuvé un amendement à l'accord de libre-échange entre les deux pays.

Cet amendement fait partie du projet de loi n° 54.20, que le Maroc et la Turquie ont signé à Rabat le 24 août dernier.

Le nouveau texte vise à imposer des droits de douane, pour une période de cinq ans, sur certains produits industriels turcs énumérés dans l'accord. L'objectif de la mesure est "d'atteindre 90% de la valeur des produits de la nation la plus favorisée".

Le Maroc et la Turquie ont signé un accord de libre-échange en 2004. L'accord est entré en vigueur en 2006.

L'accord a suscité une controverse au Maroc. La balance commerciale du pays nord-africain avec la Turquie est largement déficitaire depuis 2006.

En 2019, le gouvernement marocain a partagé les préoccupations concernant l'ALE avec la Turquie, arguant que l'accord avait eu un impact négatif sur l'économie marocaine.

Le ministre de l'Industrie Moulay Hafid Elalamy a déclaré l'année dernière que l'accord de libre-échange avec la Turquie avait entraîné un déficit de 1,2 milliard de dollars pour le Maroc.

Un autre accord bilatéral approuvé par le Conseil concerne les privilèges des représentants diplomatiques et de leurs familles au Maroc et aux États-Unis, conformément à l'accord de Vienne de 1961. L'ambassadeur des États-Unis au Maroc, David Fischer, et le directeur du protocole au ministère des affaires étrangères du Maroc, Anas Khales, ont signé le document le 1er septembre.

En plus d'approuver les textes bilatéraux relatifs à la Turquie et aux États-Unis, le Maroc a également approuvé trois accords multilatéraux. Ceux-ci couvrent l'ouverture du Maroc à de nouvelles zones économiques et l'achèvement de son adhésion au système contractuel de l'Union africaine.

"Ces conventions portent respectivement sur l'adhésion aux statuts de la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures, à la Charte africaine de la sécurité routière et au Traité de Pelindaba pour la création d'une zone exempte d'armes nucléaires en Afrique", ont rapporté les médias d'Etat marocains.

Les deux derniers accords concernent le renforcement de la présence du Maroc dans les systèmes de coopération interafricains et l'intensification des échanges d'expériences avec les autres acteurs du continent dans "ces deux domaines importants".

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir