La garde nationale de l'armée américaine de Géorgie participe à l'exercice militaire African Lion

Sécurité
Typography

La garde nationale de l'armée américaine de Géorgie a annoncé sa participation à l'exercice militaire annuel conjoint États-Unis-Maroc connu sous le nom d'African Lion, qui aura lieu en juin.

Selon un communiqué de presse de la Garde nationale de l'armée de Géorgie, plus de 700 soldats se rendront en Afrique du Nord pour participer aux exercices militaires conjoints américano-marocains organisés sous le nom d'African Lion 21.

African Lion est le plus grand exercice militaire en Afrique. Les États-Unis enverront environ 4 000 militaires, dont 740 membres de la Garde nationale de Géorgie, tandis qu'environ 5 000 membres des forces armées royales marocaines, des forces armées tunisiennes, des forces armées sénégalaises, ainsi que de l'Italie, du Royaume-Uni et des Pays-Bas, y participeront.

Cette année, les exercices African Lion comprendront "l'exploitation d'un poste de commandement tactique, la conduite d'exercices d'entraînement situationnel en couloirs, la conduite d'exercices d'entraînement sur le terrain et la qualification de tables de tir indirect", qui culmineront par "un exercice combiné et interarmées de tir réel", précise le communiqué de presse.

La Garde de Géorgie a souligné que "African Lion offre la possibilité d'améliorer l'interopérabilité et la coopération tout en démontrant le lien militaire fort qui existe entre les nations participantes."

L'exercice African Lion est conçu pour assurer l'entraînement des forces américaines, marocaines, tunisiennes, sénégalaises et "d'autres forces africaines partenaires basées dans la région." Il renforcera également les connaissances acquises lors des précédents exercices African Lion, tout en fournissant à la fois une base et une structure pour la future coopération militaire dans la région et au-delà.

Le Major Général Andrew M. Rohling, Commandant Général Adjoint pour l'Afrique et Commandant de l'US Army Southern European Task Force-Africa, a précédemment déclaré que l'exercice militaire était "une grande opportunité pour renforcer l'une des plus anciennes relations stratégiques des Etats-Unis", en parlant du Maroc.

Depuis 2003, les manœuvres se sont déroulées sans interruption jusqu'à ce qu'en 2020, l'exercice annuel soit réduit dans son ampleur "pour minimiser l'exposition des membres des services des États-Unis et des nations partenaires au nouveau coronavirus (COVID-19)."

Ajouter un Commentaire
Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.