L'Irak inaugure le 1er patrouilleur d'une flotte construite aux Etats-Unis

Marine Militaire
Typography

OUM QASR (Irak) - L'Irak a inauguré dimanche le premier d'une flotte de 15 patrouilleurs commandés aux Etats-Unis et destinés à renforcer sa capacité navale, notamment pour protéger ses plates-formes pétrolières.

La cérémonie s'est déroulée à la base navale d'Oum Qasr, à 500 kilomètres au sud de Bagdad, en présence du ministre irakien de la Défense Abdel Qader Obeidi, du vice-amiral américain Kevin McCoy et du général américain Michael Barbero, responsable de la formation des forces irakiennes.

"Je suis fier d'être parmi les premiers à assister à l'arrivée historique et à la mise en service de ce premier patrouilleur. Cet événement reflète les liens importants qui unissent nos gouvernements et notre engagement à soutenir un fort partenariat basé sur le respect mutuel et la coopération", a déclaré le vice-amiral McCoy.

La nouvelle marine irakienne est née en 2005, deux ans après avoir été détruite lors de l'invasion américaine qui visait à mettre fin au régime de Saddam Hussein.

Alors qu'elle compte actuellement 47 bateaux, y compris des patrouilleurs construits en Italie, elle a commandé 15 nouveaux patrouilleurs à un chantier naval de Louisiane (sud des Etats-Unis), où les équipages sont actuellement en formation.

Trois doivent être livrés en décembre et les 11 autres en 2011.

Une parade navale a eu lieu lors de cette cérémonie, au cours de laquelle des marins ont simulé une opération d'interception d'un navire, tandis que 177 cadets de l'école navale irakienne ont reçu leurs galons de lieutenant.

Outre la surveillance des eaux territoriales irakiennes, la marine irakienne a notamment pour mission de protéger les installations pétrolières offshore.

L'Irak compte deux terminaux de ce type, ceux de Khor al-Amiya et d'al-Basra, distants de dix kilomètres et situés à une centaine de kilomètres d'Oum Qasr. C'est par ces terminaux que transitent environ 80% des exportations de pétrole irakien.

La protection de ces infrastructures est une priorité, le pétrole représentant 95% des revenus de l'Etat irakien.

Trois terminaux offshore supplémentaires doivent être construits d'ici fin 2011, alors que le pays a l'objectif de multiplier par cinq sa production de pétrole dans les années à venir.

Fin 2011, "la marine irakienne sera totalement capable de défendre les plates-formes pétrolières, les eaux territoriales et les ports", avait déclaré début septembre à l'AFP le général Barbero, commandant adjoint des forces américaines en Irak.

La mission de combat de l'armée américaine en Irak a pris fin le 31 août. Il reste désormais quelque 50.000 militaires américains qui se concentrent sur la formation des forces de sécurité locales. Ils devront avoir quitté le pays d'ici fin 2011.

Recevez notre newsletter
Pas de connexion Internet