Des rumeurs font état de l'intérêt du Maroc pour les sous-marins français.

Marine Militaire
Typography

Naval Group, un important entrepreneur de défense français, a discuté d'une possible commande de sous-marins français avec les Forces Armées Royales du Maroc (FAR), rapporte Africa Intelligence.

Les acquisitions militaires du Maroc fascinent souvent et font la une des médias étrangers et internationaux. Cette fois-ci, il s'agit de la dernière pièce manquante dans l'arsenal des FAR, à savoir le sous-marin.

Il n'y a aucune confirmation d'une vente pour le moment, surtout si l'on considère que le Maroc a également examiné les offres de la Russie, de la Grèce et du Portugal auparavant. La Russie a proposé son sous-marin de classe Amur, une machine de quatrième génération avec une propulsion diesel-électrique. Pendant ce temps, le Maroc était en pourparlers avec le Portugal et la Grèce pour l'acquisition de sous-marins d'occasion des pays européens.

Si les négociations relatives aux contrats militaires sont le plus souvent tenues secrètes, il existe plusieurs classes de sous-marins que la marine royale marocaine pourrait intégrer. Le concurrent direct de l'Amur 1650 russe est le sous-marin diesel-électrique de classe Scorpène, que Naval Group a développé en partenariat avec l'entreprise publique espagnole Navantia.

Contrairement à son homologue russe, le sous-marin français a déjà trouvé des acheteurs. Parmi eux figurent les marines du Chili, de la Malaisie, du Brésil et de l'Inde.

Issu de la famille des sous-marins Scorpène, le Scorpène Compact pourrait être un bon choix pour l'arsenal marocain. Il est adapté aux eaux côtières, et le système de sous-marin anaérobie Mesma en fait un véhicule particulièrement discret. Le système de combat français intégré et un système de contrôle centralisé de la plate-forme entièrement automatisé maintiennent un haut niveau de sécurité en plongée, tout en transportant un équipage réduit.

La dernière fois que les tractations du Maroc ont fait surface sur les médias internationaux, le média espagnol El Confidencial Digital a noté que l'achat d'un sous-marin est "une vieille aspiration de la Royal Navy" qui est restée irréalisable à ce jour malgré des tentatives successives.

Après des années de rumeurs, de spéculations et de négociations, la course à l'armement semble être entrée dans le vif du sujet.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir