Les autorités françaises refusent d’autoriser l’accès au port de Sète pour les passagers en provenance du Maroc jusqu’au 22 Juillet

Les autorités françaises refusent d’autoriser l’accès au port de Sète pour les passagers en provenance du Maroc jusqu’au 22 Juillet

Le préfet de l’Hérault dont dépend le port de Sète, via de signifier à la compagnie GNV qui exploite la ligne maritime à passagers entre le Maroc et celui-ci, que l’accès par des passagers en provenance du Maroc ne pourra être autorisé qu’à la réouverture des frontières par les autorités françaises à compter du mercredi 22 juillet à 9h00 (UTC+2).

En effet, les modalités sanitaires de ces débarquements en France, alors que les frontières ne sont pas réouvertes, ne sont pas connues à ce jour et seront fixées par un décret devant paraître prochainement.

Mais à minima, les autorités françaises indique à la compagnie maritime qu’il faut respecter les conditions suivantes :

- attestation d'un test PCR négatif à la Covid-19 de moins de 72 heures pour tous les passagers devant débarquer à Sète ;

- présence d'un médecin à bord pendant toute la traversée pour effectuer un suivi médical des passagers ;

- envoi de la déclaration médicale de santé (DMS) par le capitaine du navire au commandant du port de Sète avant l'arrivée à quai et dans les délais réglementaires.

Par ailleurs également, avant la vente de billet et avant l'embarquement des nationalités de passagers qui pourront débarquer en France à compter du 22 juillet, la compagnie GNV doit s’assurer de la liste des nationalités qui sont autorisées par les autorités françaises et qui est modifiée régulièrement en fonction de l'évolution de l'épidémie dans le monde.

Les passagers dont la nationalité ne figure pas sur cette liste ne pourront pas débarquer à Sète. 

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir