400 000 marins bloqués en mer alors que la crise des changements d'équipage s'aggrave

Sécurité Maritime
Typography

Quelque 400 000 marins du monde entier sont aujourd'hui bloqués sur des navires, continuant à travailler mais ne pouvant être relevés, dans une crise de changement d'équipage qui s'aggrave et qui menace le commerce et la sécurité maritime.

Lors d'un événement de haut niveau en marge de l'Assemblée générale des Nations unies (24 septembre), le capitaine Hedi Marzougui, qui a commandé un navire entre décembre 2019 et mai 2020, a appelé les gouvernements à agir pour permettre aux marins de rentrer chez eux.

"Ne pas savoir quand ou si nous allons rentrer chez nous nous entraîne un lourd tribut mental pour mon équipage et moi-même", a déclaré le capitaine Marzougui. "J'encourage chacun d'entre vous à penser à ce que vous ressentiriez si vous deviez travailler tous les jours, pendant 12 heures, sans week-end, sans voir vos proches, et si vous étiez pris au piège en mer. Ajoutez maintenant que vous devez faire cela sans savoir quand vous serez rapatriés".

Les restrictions imposées par la pandémie COVID-19 sur les voyages et le transit ont eu de graves conséquences pour les marins. Malgré les multiples appels lancés aux gouvernements pour qu'ils les désignent comme des travailleurs essentiels et facilitent leurs déplacements, le nombre de marins dont les contrats ont été prolongés de plusieurs mois n'a cessé d'augmenter. Certains marins sont maintenant en mer depuis 17 mois sans interruption, bien au-delà de la limite de 11 mois fixée par la convention du travail maritime (CTM). Outre les 400 000 marins bloqués en mer, 400 000 autres sont dans l'incapacité de rejoindre les navires.

Cette situation menace les principes fondamentaux des normes de sécurité des navires que l'Organisation maritime internationale (OMI) s'efforce d'élaborer depuis six décennies, a déclaré le secrétaire général de l'OMI, Kitack Lim (téléchargez le discours ici), lors de l'événement en ligne qui a réuni des dirigeants des principales entreprises mondiales, de l'industrie maritime, des gouvernements, des Nations unies et des syndicats.

"On demande aux marins trop fatigués et mentalement épuisés de continuer à exploiter les navires", a déclaré M. Lim. Sur plus de 60 000 cargos qui continuent à livrer des biens vitaux, des denrées alimentaires et des médicaments, la sécurité des navires est en jeu, tout comme la vie des marins est rendue impossible. La sécurité de la navigation est en péril".

Le Secrétaire général Lim a réitéré son appel aux gouvernements : "Il faut agir - et il faut le faire maintenant. Nous dépendons tous des gens de mer. Ils ne devraient pas être les victimes collatérales de cette pandémie. Les marins agissent pour nous - et maintenant nous devons agir pour eux".

Dans une déclaration lue lors de l'événement, pour marquer la Journée mondiale de la mer 2020, le Secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a réitéré sa préoccupation pour les marins bloqués en mer. Il a renouvelé son appel aux gouvernements "pour qu'ils remédient à leur situation en désignant officiellement les marins et les autres membres du personnel maritime comme des "travailleurs clés", en assurant la sécurité des changements d'équipage et en mettant en œuvre les protocoles élaborés par les agences des Nations unies, ainsi que par la Chambre internationale de la marine marchande et la Fédération internationale des ouvriers du transport, permettant le rapatriement des marins échoués et l'embarquement d'autres personnes sur les navires".

Dans une lettre adressée au secrétaire général des Nations unies, les PDG de 30 sociétés du Forum des biens de consommation, dont Unilever et Danone, ont appelé les gouvernements à désigner les marins comme "travailleurs clés" et ont fait part de leurs vives préoccupations en matière de droits de l'homme : "la situation a également créé, par inadvertance, une forme moderne de travail forcé".

Marc Engel, directeur de la chaîne d'approvisionnement d'Unilever, a déclaré qu'il fallait sans délai procéder à des changements d'équipage en toute sécurité pour COVID. "Quand les navires s'arrêtent, tout le reste s'arrête aussi. Nous sommes maintenant proches d'un point de rupture tout à fait évitable qui pourrait se répercuter sur l'économie. Même une interruption temporaire pourrait pousser les entreprises et les pays au bord du gouffre", a-t-il déclaré. Mme Henriette Hallberg Thygesen, vice-présidente et directrice générale de la flotte et des marques stratégiques chez A.P. Moller-Maersk, s'est fait l'écho de cet appel à passer des paroles aux actes.

Sanda Ojiambo, PDG et directrice exécutive du Pacte mondial des Nations unies, la plus grande initiative de durabilité des entreprises au monde, a encouragé les entreprises à demander aux gouvernements de mettre fin aux abus de travail dont sont victimes les marins, notant que les dix principes du Pacte mondial des Nations unies représentent des piliers de l'entreprise responsable qui "sont liés à la crise humanitaire, économique et de sécurité qui se déroule sur nos mers".

Guy Platten, secrétaire général de la Chambre internationale de la marine marchande, et Stephen Cotton, secrétaire général de la Fédération internationale des ouvriers du transport, ont tous deux appelé les gouvernements à intervenir pour mettre fin à la crise des changements d'équipage, avertissant que le nombre de marins touchés ne ferait qu'augmenter sans une action coordonnée des gouvernements.

Le directeur général de l'OIT, Guy Ryder, a appelé les gouvernements à mettre en œuvre des solutions urgentes et pragmatiques qui respectent pleinement les droits des marins. "Les marins sont épuisés et ne peuvent tout simplement pas continuer à travailler à bord indéfiniment", a déclaré M. Ryder.

Les ministres des transports et de la mer du Canada, de la France, du Kenya, du Panama et des Philippines ont également pris la parole lors de cet événement virtuel. Ils ont exhorté les autres gouvernements à se joindre à eux pour désigner les marins comme des travailleurs essentiels, mettre en œuvre des mesures pour un changement d'équipage en toute sécurité et faciliter le transit des marins en toute sécurité grâce à la COVID.

La réunion a été organisée par le Pacte mondial des Nations unies, l'Organisation maritime internationale et l'Organisation internationale du travail, en collaboration avec la Chambre internationale de la marine marchande et la Fédération internationale des travailleurs des transports.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir