La commission de l'environnement de l'OMI approuve les amendements visant à réduire les émissions des navires

Sécurité Maritime
Typography

Les projets d'amendements à la convention MARPOL exigeraient que les navires combinent une approche technique et une approche opérationnelle pour réduire leur intensité en carbone.

Les projets de nouvelles réglementations obligatoires visant à réduire l'intensité carbonique des navires existants ont été approuvés par le Comité de la protection du milieu marin (CPMM) de l'Organisation maritime internationale (OMI).

Ce projet s'appuie sur les exigences obligatoires actuelles en matière d'efficacité énergétique afin de réduire davantage les émissions de gaz à effet de serre du transport maritime. Le CPMM a également approuvé le mandat pour l'évaluation des impacts possibles sur les États, en accordant une attention particulière aux besoins des pays en développement, notamment les petits États insulaires en développement (PEID) et les pays les moins avancés (PMA).

Le projet d'amendements à la convention MARPOL exigerait que les navires combinent une approche technique et une approche opérationnelle pour réduire leur intensité en carbone. Cela est conforme à l'ambition de la stratégie initiale de l'OMI en matière de GES, qui vise à réduire l'intensité en carbone du transport maritime international de 40 % d'ici 2030, par rapport à 2008. Les amendements ont été élaborés lors de la septième session du groupe de travail intersessions sur la réduction des émissions de GES des navires (ISWG-GHG 7), qui s'est tenue sous forme de réunion à distance du 19 au 23 octobre 2020.  

Les projets d'amendements seront maintenant soumis pour adoption formelle lors de la 76ème session du MEPC, qui se tiendra en 2021.  

Le secrétaire général de l'OMI, Kitack Lim, a déclaré : "Il nous reste encore beaucoup de travail à accomplir pour la mise en œuvre des mesures, mais je suis convaincu que l'esprit de coopération dont l'OMI a fait preuve ces dernières années permettra de progresser rapidement dans l'élaboration de lignes directrices techniques et d'un code d'intensité carbone, ainsi que dans les travaux complémentaires indispensables à l'évaluation complète des incidences des mesures sur les pays en développement, les PID et les PMA. J'exprime ma gratitude à tous les États membres qui ont manifesté leur engagement à soutenir ces efforts".

Il a déclaré que les amendements approuvés étaient des éléments de base importants sans lesquels les futures discussions sur les mesures à moyen et long terme ne seront pas possibles.

Les progrès réalisés dans l'élaboration des mesures à court terme suivent le calendrier établi dans la stratégie initiale de l'OMI en matière de GES. La stratégie proposait que les mesures à court terme soient celles finalisées et approuvées par le comité entre 2018 et 2023.

Plus de détails :  

Projets d'amendements MARPOL

Les projets d'amendements ajouteraient des exigences supplémentaires aux mesures d'efficacité énergétique de l'annexe VI, chapitre 4, de MARPOL. Les exigences actuelles sont basées sur l'indice de conception de l'efficacité énergétique (EEDI), pour les navires de nouvelle construction, ce qui signifie qu'ils doivent être construits et conçus pour être plus efficaces sur le plan énergétique que la ligne de base ; et le plan obligatoire de gestion de l'efficacité énergétique des navires (SEEMP), pour tous les navires. Le SEEMP prévoit que les exploitants de navires doivent avoir mis en place un plan pour améliorer l'efficacité énergétique par le biais de diverses mesures spécifiques aux navires.

Le projet de modification s'appuie sur ces mesures en introduisant des exigences pour évaluer et mesurer l'efficacité énergétique de tous les navires et fixer les valeurs de réalisation requises. L'objectif est de réduire l'intensité carbone du transport maritime international, en s'efforçant d'atteindre les niveaux d'ambition fixés dans la stratégie initiale de l'OMI sur la réduction des émissions de GES des navires.

La série de modifications comprend : l'exigence technique de réduction de l'intensité de carbone, basée sur un nouvel indice d'efficacité énergétique des navires existants (EEXI) ; et les exigences de réduction de l'intensité de carbone opérationnelle, basées sur un nouvel indicateur d'intensité de carbone opérationnel (CII).  

Cette double approche vise à traiter à la fois les mesures techniques (comment le navire est réaménagé et équipé) et les mesures opérationnelles (comment le navire fonctionne).

Indice d'efficacité énergétique des navires existants (EEXI) atteint et requis

L'indice d'efficacité énergétique des navires existants (EEXI) doit être calculé pour les navires de 400 gt et plus, conformément aux différentes valeurs fixées pour les types et les catégories de taille des navires. Cet indice indique l'efficacité énergétique du navire par rapport à une valeur de référence.  

Les navires sont tenus de respecter un indice spécifique d'efficacité énergétique des navires existants (EEXI), qui est basé sur un facteur de réduction requis (exprimé en pourcentage par rapport à l'EEDI de référence).  

Indicateur annuel d'intensité carbonique opérationnelle (CII) et notation CII

Les projets d'amendements prévoient que les navires d'une jauge brute de 5 000 et plus (les navires déjà soumis à l'obligation de système de collecte de données sur la consommation de mazout des navires) doivent avoir déterminé leur indicateur d'intensité carbonique opérationnelle annuelle (CII). L'IIC détermine le facteur de réduction annuel nécessaire pour assurer une amélioration continue de l'intensité de carbone opérationnelle du navire dans le cadre d'un niveau de classification spécifique.

L'IIC opérationnelle annuelle effectivement réalisée (IIC opérationnelle annuelle atteinte) devra être documentée et vérifiée par rapport à l'IIC opérationnelle annuelle requise. Cela permettrait de déterminer la cote d'intensité carbonique opérationnelle. La note serait attribuée sur une échelle - note d'intensité carbonique opérationnelle A, B, C, D ou E - indiquant un niveau de performance supérieur majeur, supérieur mineur, modéré, inférieur mineur ou inférieur. Le niveau de performance serait enregistré dans le plan de gestion de l'efficacité énergétique du navire (SEEMP).

Un navire classé D pendant trois années consécutives, ou E, devrait présenter un plan de mesures correctives, pour montrer comment l'indice requis (C ou supérieur) serait atteint.

Les administrations, les autorités portuaires et les autres parties prenantes, le cas échéant, sont encouragées à offrir des incitations aux navires classés A ou B.

Mécanisme de révision

Les projets d'amendements obligeraient l'OMI à examiner l'efficacité de la mise en œuvre des exigences en matière d'information sur les accidents et d'information sur les accidents et les incidents, au plus tard le 1er janvier 2026, et, si nécessaire, à élaborer et à adopter d'autres amendements.  

Prochaines étapes

Les projets d'amendements peuvent maintenant être adoptés lors de la session 76 du MEPC, qui se tiendra en 2021.  

Le traité MARPOL exige que les projets d'amendement soient diffusés pendant au moins six mois avant leur adoption, et ils peuvent entrer en vigueur au moins 16 mois après leur adoption. Les procédures d'amendement sont définies dans le traité lui-même.  

Analyse d'impact

L'analyse d'impact complète sera basée sur la procédure d'évaluation des incidences sur les États des mesures candidates, adoptée en 2019, qui stipule qu'une analyse d'impact complète doit fournir une évaluation qualitative et/ou quantitative détaillée des incidences négatives spécifiques sur les États, être fondée sur des éléments probants et prendre en compte, le cas échéant, des outils et des modèles d'analyse, tels que des outils d'analyse coût-efficacité, par exemple des modèles de coûts de transport maritime, des modèles de flux commerciaux, l'impact sur le produit intérieur brut (PIB) ; des courbes de coûts marginaux de réduction (CMCR) actualisées ; et des modèles économiques de commerce, des modèles de transport et des modèles combinés de commerce et de transport.

L'analyse d'impact globale finale de la mesure combinée à court terme doit être soumise au MEPC 76. Sur cette base, un cadre éventuel pour l'examen des impacts sur les États de la mesure adoptée, et la prise en compte des impacts négatifs disproportionnés sur les États, le cas échéant, serait envisagé.

Stratégie initiale de l'OMI en matière de GES

La stratégie initiale de l'OMI en matière de GES, adoptée en 2018, fixe des objectifs ambitieux pour réduire de moitié les émissions de GES des navires d'ici 2050, par rapport à 2008, et pour réduire l'intensité en carbone du transport maritime international de 40 % d'ici 2030 par rapport à 2008. La stratégie énumère un certain nombre de mesures candidates qui pourraient également être envisagées pour réduire davantage les émissions et contribuer à atteindre les objectifs de la stratégie, en particulier une réduction de 40 % de l'intensité en carbone du transport maritime d'ici 2030. Les mesures à court terme pourraient être des mesures finalisées et approuvées par le comité entre 2018 et 2023, bien qu'en visant une action précoce, la priorité devrait être donnée à l'élaboration de mesures précoces potentielles en vue de parvenir à une réduction supplémentaire des émissions de GES du transport maritime international avant 2023. Les dates d'entrée en vigueur et le moment où la mesure peut effectivement commencer à réduire les émissions de GES seraient définis pour chaque mesure individuellement. Une procédure d'évaluation de l'impact d'une mesure sur les États a été approuvée.  

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir