L'exercice " Gate of Africa " est consacré à la contribution substantielle du Maroc au renforcement du régime de sécurité et de sûreté nucléaire (AIEA)

Sécurité Maritime
Typography

L'exercice "Gate to Africa" entre le Maroc, l'Espagne et l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur le transport maritime des matières radioactives est une contribution substantielle du Maroc au renforcement du régime de sûreté et de sécurité nucléaire, a déclaré l'AIEA.

 

Cet exercice servira de référence pour les 171 Etats membres de l'AIEA", a déclaré l'Agence, qui vient de publier officiellement le document sur la sécurité du transport maritime intitulé "Programme d'exercice" : Porte de l'Afrique : Exercices conjoints maroco-espagnols en salle et sur le terrain sur la sécurité du transport maritime des matières radioactives".

Cet exercice, le premier du genre dans les annales de l'AIEA, organisé en 2015, consacre la contribution substantielle du Maroc au renforcement du régime de sûreté et de sécurité nucléaire, indique l'Agence.

L'AIEA souligne dans le document que la coopération entre le Maroc et l'Espagne est un modèle de coopération régionale.

La publication détaille la planification, la conduite et l'évaluation de la série d'exercices "Gate to MOW" qui seront réalisés en 2015.

La publication résume également le programme d'exercices "Gate to Africa", dont l'objectif principal était de discuter et d'évaluer l'état de préparation et de réponse à un éventuel événement de sécurité nucléaire impliquant le transport maritime de sources radioactives.

Elle décrit également les scénarios et la méthodologie utilisés et souligne les leçons tirées et les résultats de chaque exercice mené dans cette série.

Le Maroc et l'Espagne ont organisé en octobre 2015, en coopération avec l'AIEA, un exercice conjoint sur la sûreté du transport par mer d'une source radioactive du port d'Algésiras (Espagne) au port de Tanger-Med (Maroc).

Les objectifs de l'exercice "Gate to Africa" étaient d'évaluer et d'améliorer les capacités de coordination, de consultation, de gestion de crise et d'organisation de la réponse à une urgence radiologique déclenchée par un acte criminel ou terroriste.

L'exercice, auquel ont participé une soixantaine d'observateurs des États membres de l'AIEA, a été organisé en deux phases. La première phase a pris la forme d'un exercice sur table qui a examiné les arrangements internationaux applicables dans le domaine du transport de matières radioactives et les réponses des autorités compétentes à une menace terroriste.

La deuxième phase consistait en une simulation en Méditerranée pour répondre conjointement à un acte criminel dans les eaux territoriales des deux pays séparant Algésiras et Tanger-Méditerranée, impliquant les services de sécurité du Maroc et de l'Espagne pour faire face à l'attaque et tester leur mécanisme de coordination et de réponse.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir