Le Maroc arrête 4 suspects pour trafic d'êtres humains

Sécurité Maritime
Typography

La police judiciaire marocaine a déjoué samedi une opération de migration clandestine à Agadir.

L'opération de sécurité a conduit à l'arrestation de quatre suspects pour leur implication présumée dans la migration irrégulière et la traite des êtres humains, a déclaré dimanche la Direction générale de la sécurité nationale (DGSN).

L'arrestation a été effectuée en collaboration avec la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) du Maroc.

La déclaration de la DGSN indique que la police a arrêté les suspects dans le port de pêche d'Agadir, déjouant une tentative de migration irrégulière comprenant 20 candidats.

L'enquête préliminaire montre que les candidats arrêtés sont de nationalités différentes, avec peu de Marocains, neuf Egyptiens et des ressortissants yéménites.

Les services de sécurité ont également saisi six gilets de sauvetage, des téléphones portables et une somme d'argent considérable.

Les suspects sont en détention pour une enquête judiciaire visant à déterminer les circonstances de l'affaire et les liens éventuels du réseau criminel.

La migration irrégulière fait partie des défis qui persistent au Maroc. En 2020, la police marocaine a arrêté 466 suspects qui seraient liés à 123 réseaux de traite des êtres humains. Le dernier rapport annuel de la DGSN a révélé que la police a également empêché 9 179 candidats à l'immigration clandestine, dont 6 162 de nationalité étrangère, de quitter le Maroc.

Des données récentes de l'Agence européenne des frontières et des garde-côtes (Frontex) ont révélé que les passages irréguliers aux frontières extérieures de l'UE ont diminué de 13 % l'année dernière.

Le COVID-19 est l'une des raisons qui ont empêché les candidats de tenter de traverser les frontières, les efforts du Maroc pour freiner les passages irréguliers étant également l'une des raisons de la diminution de la migration irrégulière.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir