Espagne : La police détient 20 membres d'une organisation de trafic d'êtres humains

Sécurité Maritime
Typography

La police nationale espagnole a arrêté 20 personnes affiliées à une organisation de trafic d'êtres humains près de Campo de Gibraltar.

Cette organisation est responsable de la mort de quatre migrants en situation irrégulière après le naufrage d'un bateau entre l'Espagne et le Maroc en février. Le bateau était rempli principalement de femmes et d'enfants marocains. Des mineurs marocains auraient été transportés pour 2 500 € (26 700 MAD).

Le démantèlement de l'organisation a nécessité près de 150 personnes de la police nationale espagnole et d'Europol travaillant sur l'affaire.

Dans un communiqué de la police espagnole, les trafiquants ont été décrits comme "très violents car ils n'hésitent pas à attaquer ou à menacer leurs victimes avec des armes à feu en cas de retard de transfert ou de non-paiement."

Le plan visant à démanteler l'organisation comprenait sept autres opérations de perquisition et de saisie dans la région. Ces opérations ont permis de récolter une pléthore de produits de contrebande, dont cinq armes à feu et leurs munitions, plus de 5 500 litres de carburant, trois bateaux, 1 380 livres d'argent sterling et 710 euros (7 500 dirhams) en espèces.

La migration irrégulière dans la région a été une question importante entre l'Espagne et le Maroc, la traite des êtres humains devenant de plus en plus lucrative pour les trafiquants.

Chaque année, des Nord-Africains et des Africains subsahariens tentent de traverser la mer Méditerranée en tant que migrants irréguliers. 

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a signalé environ 6 411 arrivées en Espagne par la mer en 2021. L'année dernière, 788 migrants irréguliers ont été signalés morts ou disparus par le HCR.

Le Maroc continue de travailler en étroite collaboration avec les autorités espagnoles afin de réduire les schémas de trafic d'êtres humains. En 2020, le Département d'État américain a classé le Maroc comme un pays de niveau 2 pour la traite des êtres humains, déclarant : "Le gouvernement du Maroc ne répond pas entièrement aux normes minimales pour l'élimination de la traite, mais fait des efforts significatifs pour y parvenir. Le gouvernement a démontré des efforts globalement croissants par rapport à la période de rapport précédente ; par conséquent, le Maroc est resté au niveau 2."

Ajouter un Commentaire
Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.