Piraterie maritime dans le Golfe de Guinée : le Nigeria passe à l'offensive en déployant un véritable arsenal de guerre

Sécurité Maritime
Typography

Les eaux au large des côtes du Nigeria sont citées comme l'une des plus dangereuses au monde, enregistrant la majorité des attaques de pirates ces dernières années. Face à ce fléau, la première puissance du continent passe à l'offensive pour endiguer ce phénomène qui met à mal le commerce maritime dans le Golfe de Guinée.

Muhammadu Buhari, le président nigérian, a ordonné, jeudi 10 juin, le déploiement de 16 navires d'interception rapide et de trois hélicoptères pour lutter contre la criminalité maritime dans le Golfe de Guinée.

Ces équipements font partie de "l'arsenal intégré de sécurité nationale et de protection des voies navigables du pays" le long de cette route de navigation maritime. Il est acquis pour l'unité de sécurité maritime nigériane (MSU), dans le cadre du projet appelé Deep Blue.

C'est un total de 195 millions de dollars de matériels et d'équipements que le Nigeria va fournir à ce projet. Ces moyens comprennent 16 véhicules blindés pour la patrouille côtière, deux navires de mission spéciale, deux avions de mission spéciale pour la surveillance de la zone économique exclusive (ZEE) du pays et quatre drones.

Composée de 600 soldats spécialement formés, la MSU regroupe des personnels de la marine, de l'armée de terre, de l'armée de l'air, de la police et du département des services de l'État nigérians.

Selon Muhammadu Buhari, ce déploiement "est devenu évident dans la collaboration maritime du golfe de Guinée récemment établie par le Nigeria et le Centre de coordination interrégional de Yaoundé grâce à la facilitation de la force opérationnelle conjointe industrie-État pour combattre la sécurité maritime dans la région."

En 2020, 95 % des enlèvements maritimes mondiaux ont été enregistrés dans le golfe de Guinée, selon le Bureau maritime mondial (BMM).

Avec plusieurs groupes armés opérant dans le delta du Niger, le Nigeria est, selon certains experts, un bastion pour les assaillants. Face à ce fléau, 234 compagnies et armateurs avaient appelé, le 17 mai 2021, à une coalition internationale pour une lutte plus efficace.

Ajouter un Commentaire
Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.