Lancement à Oyo du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, un projet porté par la COP22

Science
Typography

yo   -   Le mémorandum de création du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, dont le projet avait été lancé lors de la COP22 à Marrakech, a été signé jeudi à Oyo, dans le département de la Cuvette, à plus de 400 km au nord de la capitale Brazzaville.

Lancement à Oyo du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, un projet porté par la COP22

Ce mémorandum a été signé lors d'une conférence ayant réuni les ministres de pays africains, outre le Maroc, président de la COP22, sous la présidence du chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guessou, et en présence de son homologue togolais, Faure Gnassingbé, selon un communiqué de la Fondation Brazzaville et du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo.

Le Maroc a été représenté par le ministre des affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar, président de la COP22.

SM le Roi Mohammed VI avait fait de cette initiative l’une des trois priorités lors de l'African Action Summit, tenu en marge de la COP22, par la création d'une commission spéciale dédiée à la tête de laquelle a été désigné le Président Sassou N’Guessou.

Dans sa dynamique d'intégration régionale et de co-développement, le Maroc s'associe ainsi à cette initiative en y apportant un soutien conséquent.

L’initiative du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, portée lors de la COP22 à Marrakech par le président congolais, avec l’appui de la Fondation Brazzaville pour la paix et la préservation de l’environnement, a pour ambition de redéfinir les bases d’une économie collaborative associant exploitation raisonnée des forêts et gestion durable des eaux des côtes maritimes, du fleuve Congo et de ses affluents.

Cette importante initiative régionale, la première du genre en matière de politique environnementale en Afrique, implique les pays du Bassin du Congo, à savoir le Congo, l’Angola, le Burundi, le Tchad, le Centrafrique, la RDC, le Gabon et le Rwanda (le Cameroun, la Tanzanie, la Zambie et la Guinée équatoriale n’ont pas apporté leur signature au mémorandum).

Le Fonds a pour objectifs de mobiliser les ressources nécessaires auprès des contributeurs et investisseurs, en vue du financement de la mise en œuvre des programmes et projets concourant au développement durable et à la promotion de l’économie bleue dans son champ d’intervention.

Il accompagnera les Etats Membres dans la lutte pour la réduction des émissions des gaz à effet de serre et la préservation des écosystèmes aquatiques et forestiers de l’espace géographique et écologique concerné.

Le Fonds constitue l’outil financier principal pour le développement et la promotion de l’économie des ressources en eau des Etats membres.

Dans le cadre de cet accord, des projets seront développés dans les secteurs clés de l’agriculture bio, l’écotourisme, l’artisanat traditionnel et l’énergie, avec l’objectif de renforcer les économies durables de la région et d’offrir une alternative viable à la déforestation.

Avec le soutien de la communauté internationale, le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, qui s’inscrit dans le cadre de l'"Economie bleue", ambitionne de devenir une référence en matière de politique environnementale en Afrique.

La cérémonie de signature de ce mémorandum d’accord conjoint s’est déroulée en présence de chefs d’Etat et de ministres des Affaires étrangères des pays de la région, des représentants d’organisations internationales de défense de l’environnement et d’observateurs internationaux.

Le Bassin du Congo concentre l’un des plus impressionnants écosystèmes du monde. Deuxième massif forestier de la planète, second réservoir de carbone après l’Amazonie, sa préservation représente un enjeu primordial et essentiel dans la réduction des effets du changement climatique.

Au-delà de ses richesses végétales et fauniques, ses immenses ressources en eau ouvrent des perspectives économiques, sociales et environnementales majeures pour la région.

La création du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo vise à en préserver les essences forestières aujourd’hui menacées et à accompagner la transition de l’économie forestière vers une économie de ressources issues de la gestion des eaux fluviales et maritimes.

Il s’agit d’un projet ambitieux et durable pour former le socle du développement économique et social des peuples qui y vivent et garantir la paix, tout en proposant des solutions au niveau aussi bien économique qu’environnemental.

Le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, dont c’est la première commission au sortir de l’African Action Summit et de la COP22 qui voit se concrétiser son projet, a pour vocation d’accompagner le développement de projets aux retombées économiques locales, nationales et régionales. Il participera au financement d’initiatives favorisant l’exploitation durable des eaux du Congo et de ses affluents et la valorisation des écosystèmes forestiers.

Il vise également à lutter contre les érosions, gérer et valoriser durablement les mangroves, promouvoir l’éco-tourisme, promouvoir les mécanismes de veille sanitaire et environnementale ainsi que la surveillance épidémiologique et améliorer la connaissance du milieu marin, des eaux continentales et de la biodiversité des écosystèmes respectifs.

Des programmes seront mis en œuvre dans les domaines de dragage des cours d’eau pour améliorer leur navigabilité et l’intégration sous-régionale, du traitement des déchets, du transport fluvial, de l’hydroélectricité, notamment les micro-barrages et les hydroliennes, la pêche moderne et durable et l’aquaculture et la recherche scientifique pour l’amélioration des connaissances sur les ressources en eau des pays de la sous-région.

Le Fonds jouira d’une indépendance financière et de gestion. Les fonds de départ seront constitués par les contributions volontaires des pays signataires, des donateurs et autres bailleurs de fonds.

Il pourra ensuite être alimenté par les contributions volontaires des Etats membres, les dons des fondations et des organisations non gouvernementales qui œuvrent dans les domaines de la forêt, des eaux et de l’environnement et les financements internationaux, notamment le Fonds Vert pour le climat, le Fonds pour l’Environnement Mondial et le Fonds d’adaptation.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir