IMTC : les raisons d’une pause

Marine Marchande
Typography

L’ensemble des navires sous pavillon marocain de la flotte de la compagnie maritime IMTC ont rejoint leurs ports d’attache. L’armateur qui représente aujourd’hui 90% de la flotte nationale dans le transport de marchandises et à passagers fait face à une situation financière difficile et n’arrive plus à maintenir ses navires en exploitation.

Après la crise économique et financière qui a frappé le secteur du transport maritime dans le monde en 2008 plusieurs armateurs ont désarmé leurs flottes. La compagnie maritime IMTC qui opère 11 navires a fait le choix de la continuité en espérant une amélioration de la conjoncture.

Mais la faillite de la compagnie maritime COMARIT/COMANAV FERRY en 2012  et la mauvaise conjoncture économique que traverse le Royaume allaient créer un climat de suspicion sur le secteur. Cette situation va conduire les banques à réduire leurs lignes de crédit de fonctionnement et les fournisseurs à revoir leurs conditions de paiements de 60 jours à comptant à la livraison.

Malgré plusieurs promesses, le gouvernement alerté sur la situation difficile du secteur depuis 2009, tarde à réagir. Les mesures de soutien aux armateurs nationaux promis depuis longtemps ne verront jamais le jour. Alors que le secteur du transport maritime génère plus de 22MMDHS de recettes en devises, les armateurs nationaux n’arrivent toujours pas à profiter de ce chiffre d’affaires à cause de leur manque de compétitivité.

Pour preuve, la compagnie maritime CMA CGM a préféré abandonné ses 14 navires sous pavillon marocain acquis lors de la privatisation de COMANAV en 2007 pour ne plus opérer qu’un seul navire marocain pour le cabotage.        

Recevez notre newsletter
Pas de connexion Internet