Le Maroc bien résolu à mettre en valeur son ouverture maritime pour se positionner comme plateforme incontournable (Jeune Afrique)

Marine Marchande
Typography

Paris, 20 déc. 2014 (MAP) - Le Maroc "affiche clairement ses ambitions dans le domaine maritime, bien résolu à mettre en valeur son ouverture sur la Méditerranée et l’Atlantique pour se positionner comme plateforme incontournable entre l’Europe et l’Afrique", souligne l’hebdomadaire Jeune Afrique dans sa dernière livraison.

 

Dans un dossier spécial consacré à la dimension maritime du Royaume, Jeune Afrique note que le Maroc, "le pays africain disposant du plus long littoral et le seul doté d’une façade maritime à la fois sur l’Atlantique et la Méditerranée", multiplie les passerelles vers l’Europe et les Amériques pour s’imposer comme partenaire incontournable.

A cet égard, la publication relève que le Maroc a joué un rôle leader dans la mise en place de l’Union pour la Méditerranée en 2008, de même qu’il est à l’origine des Dialogues de l’Atlantique, organisés chaque année depuis 2011 avec la participation de centaines d’acteurs publics et privés de 45 pays du pourtour atlantique pour traiter des questions économiques, commerciales, sécuritaires et migratoires. Le magazine met l’accent, en outre, sur l’importance des activités liées à la mer (transport, pêche, tourisme ) pour l’économie marocaine, contribuant à hauteur de 20 pc au PIB.

Dans ce sens, Jeune Afrique met la lumière sur les grands chantiers et programmes lancés par le Maroc pour accroitre la contribution des filières maritimes à son développement, notamment le plan Halieutis pour le secteur de la pêche, la plateforme Tanger Med, devenue en quelques années l’un des tout premiers ports à conteneurs du continent et la stratégie portuaire à l’horizon 2030, visant à permettre au système portuaire national de traiter "entre 300 et 350 millions de tonnes de marchandises par an, contre un peu plus de 100 millions en 2010".

L’hebdomadaire s’attarde plus spécifiquement aux grands projets, tournés vers la mer, qui animent la région de Tanger et qui renforcent la position de la ville en tant que deuxième pôle économique du Maroc, en particulier la plateforme portuaire Tanger Med Cette plateforme "joue dans la cour des grands ports mondiaux, traitant 2,5 millions de conteneurs en 2013", soit la deuxième plus grande performance sur le continent, indique Jeune Afrique, ajoutant que la capacité du port atteindra bientôt près de 8 millions de conteneurs à l’issue des travaux d’extension.

Le magazine souligne aussi les projets de reconversion du port historique de la ville, destinés à devenir un grand port touristique accueillant les activités de croisières et de plaisance, et la construction du nouveau port de pêche adossé au premier, notant que ces chantiers s’inscrivent dans la redéfinition plus générale de la ville dans le cadre du plan Tanger Métropole, lancé en 2013.

Concernant la région du sud du Maroc, Jeune Afrique s’intéresse à l’importance particulière de Dakhla en tant que ville maritime d’avenir, relevant que cette ville, de par ses nombreux atouts, occupe une place privilégiée dans le sud du Royaume.

Dans ce sens, l’hebdomadaire met en exergue les projets de développement économique mis en œuvre dans cette ville, notamment dans les domaines de la pêche maritime, de l’aquaculture, de l’agriculture, du tourisme et des énergies renouvelables.

Recevez notre newsletter
Pas de connexion Internet