Serait-ce le retour des ententes sur le Détroit ? Naveline opère le QUEEN NEFERTITI et Intershipping récupère la ligne RORO

Marine Marchande
Typography

Deux mois à peine après le début de son activité, la société NAVELINE vient d’opérer une restructuration des ses lignes.

 

Après avoir obtenu de l’Etat Marocain la gestion et l’exploitation commerciale de son navire de sécurité le QUENN NEFERTITI, la société vient de décider l’arrêt de son service roulier qui reliait Tanger Med au port d’Algesiras dans le cadre d’une autorisation délivrée par TMPA.

L’autorité portuaire de Tanger Med avait en effet décidé d’opérer une séparation du Trafic TIR et du trafic passagers durant la période de transit et cela en interdisant aux compagnies maritimes de charger des remorques durant l’été.  

Trois autorisations d’exploiter des navires ROROs ont été délivrées dans ce cadre : 2 du côté marocain à Intershipping et Naveline et 1 côté espagnol à un groupement constitué d’Acciona, Balearia et FRS.

Les permissionnaires n’avaient le droit d’opérer qu’un seul voyage par jour, ce qui rendait le service structurellement déficitaire, les espagnols qui l’ont bien compris dés le départ ont préféré l’opérer en groupement alors que les marocains ont avancé en rangs séparés.

Mais, il semblerait que ce soit le nouvel entrant Naveline qui ait jeté l’éponge le premier, puisqu’il a préféré renoncer à l’exploitation de la ligne au lieu de continuer à perdre de l’argent, ce qui expliquerait peut être le fait que nos responsables ont voulu le dédommager à travers la gestion du navire de sécurité de l’Etat Marocain.

Un deal aurait-il été conclu entre Naveline, Intershipping et nos responsables maritimes et portuaires ? Intershipping récupère la ligne RORO et Naveline opère le navire de sécurité, tout cela dans une totale discrétion qui rappelle les vieilles ententes entre amis et loin des Fameux Slogans de Transparence dont le PJD s’est fait un champion.     

Recevez notre newsletter
Pas de connexion Internet