Le Maroc un partenaire clé dans la coopération euro-méditerranéenne dans le domaine du transport

Mobilité Urbaine
Typography

Marrakech- Le Maroc représente un partenaire clé pour la coopération euro-méditerranéenne dans le domaine du transport, a souligné mercredi, à Marrakech, la directrice générale de la mobilité et du transport au sein de la Commission européenne, Mme Elisabeth Werner.

“Le Maroc est très engagé pour une mobilité durable et l’Union européenne (UE) se félicite que le Royaume soit précurseur avec un nouveau Code de la route, avec un plan annuel de la sécurité routière, et des investissements importants dans les infrastructures routières de nature à améliorer la sécurité routière”, a-t-elle ajouté à la cérémonie d’ouverture de la Conférence du Comité international de l’inspection technique automobile (CITA)-Groupe consultatif régional pour l’Afrique, organisée sous le thème “Le contrôle technique des véhicules automobiles en Afrique : Défis et opportunités”.

L’UE se félicite aussi de l’implication du Maroc en matière de coopération euro-méditerranéenne dans le domaine du transport, qui a permis la réalisation de projets concrets et d’ambitions régionales partagées en termes d’harmonisation des normes de transport et la création d’un futur réseau régional de transport intégré, a-t-elle relevé, rappelant que le Royaume a été le premier pays méditerranéen à avoir signer un accord aérien avec l’UE en 2006.

“Notre coopération a beaucoup de facettes et implique tous les modes de transport”, a-t-elle souligné, relevant que la sécurité routière doit être vue dans le contexte plus global car elle est au cœur des échanges commerciaux et de la circulation des personnes.

Par ailleurs, Mme Werner a indiqué que l’UE soutient le Maroc et les pays africains dans leurs avancées pour la mise en œuvre des conventions onusiennes sur le transport terrestre.

“Nous sommes appelés à continuer à relever plusieurs défis (changements climatiques, défis relatifs à l’interconnectivité et des défis sécuritaires entre autres) ensemble en échangeant nos expériences et en soutenant nos engagements respectifs à travers des voies et des actions coordonnées”, a-t-elle ajouté.

Et de faire remarquer que la conférence du CITA de Marrakech illustre parfaitement cette approche multilatéralisme, qui encourage les échanges entre l’Europe et l’Afrique sur la sécurité routière et la conformité obligatoire des véhicules, invitant les pays africains à signer l’Accord du transport des matières dangereuses, dont le Maroc est partie contractante.

Le président du groupe consultatif régional du CITA pour l’Afrique, Ferose Oaten, a souligné pour sa part, que le CITA compte 200 membres dans 55 pays, alors qu’en Afrique, cette organisation ne compte que 05 membres au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Nigéria, en Afrique du Sud et en Tunisie.

Et d’indiquer que le CITA concentre actuellement son action sur l’Afrique, un continent où 300.000 personnes perdent leurs vies chaque année dans les routes et où les organes nationaux chargés de la sécurité routière manquent de financements gouvernementaux.

Organisée par le CITA, qui fête cette année son 50è anniversaire, en partenariat avec l’Agence nationale de la sécurité routière (ANSR) sous l’égide du Ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, cette conférence du CITA-Groupe consultatif régional pour l’Afrique présentera les progrès réalisés dans le domaine du contrôle technique automobile en Afrique durant la dernière décennie et explorera les marges de développement dans ce secteur.

Prennent part à cette rencontre de deux jours, des représentants de la sécurité routière de la Commission européenne, les opérateurs nationaux du contrôle technique, des experts internationaux en contrôle technique automobile ainsi que les représentants de certains pays africains et organisations internationales.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir