Conséquences de la perte de la flotte nationale : le Maroc en manque d’officiers pour le pilotage

Marine Marchande
Typography

Le Maroc va-t-il commencer à recruter des officiers étrangers ? Cette question se pose de plus en plus aujourd’hui, avec la disparition de la flotte nationale et le détournement de plus en plus marqué ces dernières années de nos officiers vers  des métiers outre que ceux liés au transport maritime.

Dernière exemple en date de cette situation, l’échec de l’appel à candidatures de Marsa Maroc pour le recrutement de Trois pilotes maritimes. Il est vrai que les conditions requises restreignaient  beaucoup le choix : il a été demandé des capitaines au long cours  (CLC) 1er classe de la marine marchande ayant une expérience minimum de 3 ans après l’obtention du brevet de capitaine et un âge de moins de 34 ans.

S’il y a quelques temps, ces postes auraient pu trouver preneur facilement, aujourd’hui du fait de déclin de la flotte nationale et son rôle essentiel de formation des officiers on se retrouve devant de nouvelles réalités.

 Pour obtenir son brevet de CLC, aujourd’hui, il faut au moins une période de navigation de 48 mois effective à bord des navires après son brevet de lieutenant et une année d’application à l’ISEM.

Or des promotions entières d’élèves officiers se retrouvent aujourd’hui sans possibilités d’effectuer même leur période d’embarquement de 12 mois à bord des navires pour obtenir leurs brevets de lieutenant, faute de flotte. Même, pour les embarquements sur des navires sous pavillons étrangers, et même si des possibilités existent des non-conformités au niveau de la délivrance des brevets limitent cette solution.  

Alors que l’ISEM, est entrain de monter en charge dans le recrutement de nouvelles promotions avec une ambition de passer de 30 à 50 puis à 100 élèves officiers  par promotion et par an, les places disponibles à bord des navires pour les élèves officiers sont quasiment nulles, sauf sur quelques unités de servitude qui ne peuvent à terme résoudre l’ensemble du problème.

Dans quelques années, des centaines de postes pour des officiers de la marine marchande seront à pourvoir non pas en mer mais plutôt à terre. Le Port Tanger Med, avec l’ensemble de ses organismes : capitainerie, station de pilotage, servitude, terminaux ect….emploient à ce jour quelques 100 officiers, pour le port de Tanger Med II, qui est deux fois plus grand en capacité 5 MEVP, il faut compter au moins 100 à 150 officiers, pour le port de Nador West Med, port énergétique avec des exigences sécuritaires très importantes une demande  d’au moins 100 officiers de la marine marchande peut être envisagée, le trafic nouveau du port de Tanger Ville va également booster cette demande.  

La stratégie nationale portuaire prévoit quant à elle, un trafic d’au moins 290 MT dans les ports marocains en 2030 contre seulement 70 MT actuellement. Ainsi, de nouvelles infrastructures portuaires devront être réalisées  et des centaines de ressources humaines formées.

Une demande globale de 1000 officiers de la Marine Marchande peut  être facilement envisageable à l’Horizon 2030, rien que pour les besoins à terre. Or pour former, un officier de la marine marchande, il faut en plus d’un cursus de BAC+3, et une période d’élèves-officiers de 12 mois effective (18 mois réelle), une période de navigation effective de 36 mois (48 mois réelle), pour prétendre à un bon niveau, soit un total de 8 années.

Or depuis le début de la formation maritime au Maroc dans les années soixante du siècle dernier, nous n’avons pu avoir qu’un millier d’officiers de la marine marchande inscrits au registre de la Marine Marchande.

Dans moins de vingt ans, il nous faudrait former autant d’officiers que durant plus de 60 ans, vaste ambition, surtout que cela risque de nous couter cher avec un salaire moyen de 240.000DHS/an pour un officier, et des besoins de 1000 officiers, la facture sera d’au moins de 240 MDHS/an rien qu’en masse salariale en devise que nous devrions payer à des étrangers, si cette situation n’est pas rapidement maîtrisée.

A bon entendeur.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir