La DMM n'est plus...

Marine Marchande
Typography

Après de longues années de bons et loyaux services aux côtés du port de Casablanca, le siège de la Direction de la Marine Marchande a été définitivement transféré ce début de semaine à Rabat.

 

Alors, que l'Agence Nationale des Ports (ANP), principale autorité régalienne du secteur, se maintient à Casablanca et se permet même le luxe de la construction d'un immeuble communautaire moderne de plus de 25 étages, pour entre autres sa direction régionale, en lieu et place de l'ancien siège de la DMM, celle-ci prend ces nouveaux quartiers à l'Agdal dans une annexe du Ministère de l'équipement, du Transport, de la Logistique et de l'Eau.

Ce transfert du siège de la DMM était programmé depuis plusieurs années, mais n'a jamais reçu l'approbation des fonctionnaires de cette administration, ni de ses usagers.

En effet, la région Casablanca-Settat qui reste le cœur battant de l'économie marocaine et de son trafic maritime, compte les trois principaux ports du Royaume celui de Jorf Lasfar, Casablanca et Mohammedia.

Cette importante décision de transfert du siège de la Direction de la Marine Marchande, intervient dans un contexte particulier, en effet, cette administration est sans directeur depuis plus d'un mois et le Ministre de tutelle n'assure que l'expédition des affaires courantes, pourquoi alors autant de précipitations alors que le nouveau gouvernement pourrait avoir d'autres projets.

En tout cas, c'est un corps sans vie qui a été transféré à Rabat, la Direction de la Marine Marchande ayant perdu il y a de cela longtemps son lustre, avec le déclin du pavillon national et la flotte marocaine.

Beaucoup pensent d'ailleurs, que c'est pour enterrer celle-ci, loin des regards que cette administration a été transférée à Rabat, les protestations organisées régulièrement par les Gens de Mer devant son siège à Casablanca, rappelaient aux pouvoirs publics qu'ils sont en partie coupables de la faillite du secteur du transport maritime national.

Ce transfert, fera au moins quelques heureux parmi nos responsables, ils seront au moins débarrassés d'un sujet qui les met face à leur incompétence.