L’économie maritime, point d’ancrage du développement du sud

Portuaire
Typography

Le développement des provinces du sud est tributaire d’une vision intégrée reposant essentiellement sur l’économie maritime en tant que point d’ancrage, a relevé Idriss El Abbassi, professeur à la Faculté de Droit à l’Université Mohammed V de Rabat.

L’économie maritime constituerait en effet le point d’ancrage du développement des provinces du sud au travers du triptyque suivant : Infrastructure portuaire et logistique, tourisme, énergie et mines, pêche et produits de la mer, a indiqué M. El Abbassi dans une déclaration à la MAP en réaction au discours royal prononcé par SM le Roi Mohammed VI à l’occasion du 45e anniversaire de la Marche verte.

Pour ce qui est de l’infrastructure portuaire, la plateforme de Dakhla pourrait devenir, à l’instar de celle de Tanger Med, un hub sur la façade atlantique pouvant contribuer à fluidifier les échanges commerciaux dans les directions sud et ouest, a fait savoir l’universitaire.

Cette plateforme, a-t-il poursuivi, devrait également réduire les coûts logistiques et augmenter la compétitivité des produits marocains, soulignant que ces infrastructures indispensables à la chaîne de valeur accompagnent et génèrent des activités par leurs effets d’entrainement portant sur le transport, la logistique portuaire, l’entretien et la maintenance navale et les prestations de services onshore et offshore.

Concernant le second volet de l’économie maritime, au-delà des activités classiques de transformation des produits de la mer, d’autres activités visant à développer les activités maritimes porteuses de croissance durable et à forte valeur ajoutée sont à explorer, à savoir les énergies marines, l’aquaculture, les biotechnologies bleues, l’agroalimentaire, l’exploitation minière des fonds marins, le tourisme marin et sous-marin, et le tourisme sportif, a précisé le professeur, notant que tout ceci doit être pensé selon une approche intégrée respectueuse d’un développement durable harmonieux.

Quant aux activités touristiques, M. El Abbassi a fait observer que les provinces du sud du Royaume sont assez prisées à l’image de la ville de Dakhla. « Ces activités doivent être davantage accompagnées pour en faire un véritable levier de développement pas uniquement du littoral mais également de l’arrière-pays en mettant en place des infrastructures aéroportuaire, portuaire et routière et des structures d’accueil capables d’accueillir des flux touristiques plus importants ».

Il estime en outre que deux éléments devraient impérativement être mis en avant dans la mise en œuvre opérationnelle de la stratégie, à savoir planifier et gérer efficacement le milieu marin dans une logique de développement durable et faire en sorte que le développement soit inclusif dans sa dimension humaine.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir