Aide financière, les essais COVID-19 sont essentiels à la survie de l'aviation en Afrique australe

Transport de Personnes
Typography

L'Association internationale du transport aérien (IATA) a défini les principales priorités pour assurer la viabilité à long terme de l'aviation en Afrique australe, alors que le secteur continue à souffrir des effets dévastateurs de la pandémie de COVID-19 et des restrictions de voyage qui y sont associées :

Veiller à ce que le secteur du transport aérien reçoive une aide urgente du gouvernement et à ce que les fonds promis par les organisations internationales et panafricaines parviennent à ceux qui en ont besoin

Accélérer le redémarrage de l'aviation en remplaçant les quarantaines par des tests

Mesures d'aide

Les recettes des compagnies aériennes des pays d'Afrique australe devraient diminuer de 60 % en 2020 et le nombre de passagers devrait baisser de 58 %. Quatre compagnies aériennes de la région sont entrées en administration depuis le début de la crise. Sans une aide urgente des gouvernements, davantage de transporteurs et leurs employés sont en danger, tout comme l'ensemble du secteur du transport aérien africain, qui soutient 7,7 millions d'emplois sur le continent.

"Le transport aérien et les industries qu'il soutient fournissent des millions d'emplois et des millions de dollars US d'activité économique en Afrique australe. Il est crucial que ce secteur reçoive l'aide dont il a besoin pour survivre et être en mesure de soutenir une reprise. À ce jour, l'Afrique du Sud est le seul pays d'Afrique australe qui s'est engagé à fournir un soutien financier direct à l'aviation", a déclaré Sebastian Mikosz, vice-président principal, membre et relations extérieures de l'IATA.

S'adressant à l'assemblée générale annuelle virtuelle 2020 de l'Airlines Association of Southern Africa (AASA), M. Mikosz a fait remarquer que plus de 30 milliards de dollars américains de soutien financier au transport aérien et au tourisme ont été promis par des organismes financiers internationaux et d'autres institutions, notamment la Banque africaine de développement, la Banque africaine d'import-export, l'Union africaine et le Fonds monétaire international. Toutefois, une part bien trop faible de ces fonds a atteint les bénéficiaires prévus en raison de la complexité excessive des processus de demande et de solvabilité, et des conditions à remplir pour obtenir un financement.

"Nous reconnaissons que ces organisations ont la responsabilité de veiller à ce que cette aide soit bien dépensée. Néanmoins, les goulets d'étranglement financiers doivent être débloqués de toute urgence afin que l'argent puisse être acheminé rapidement et atteindre les participants visés pour éviter d'autres fermetures de compagnies aériennes et des pertes d'emplois", a déclaré M. Mikosz.

Remplacer la quarantaine par des tests pour relancer l'aviation en Afrique australe

M. Mikosz a également exhorté les gouvernements et les autorités sanitaires de la région à coopérer pour remplacer les restrictions de quarantaine - qui étouffent la demande de voyages et infligent des dommages supplémentaires aux entreprises de transport aérien et de tourisme - par des tests COVID-19 pour relancer les voyages aériens en toute sécurité.

Alors que de nombreux pays d'Afrique australe rouvrent leurs frontières aux voyages aériens régionaux et internationaux, au Rwanda, aux Seychelles et en Namibie, les passagers sont toujours soumis à une quarantaine obligatoire. Ces mesures ont pour effet d'empêcher les gens de voyager. L'IATA demande que les passagers soient soumis à des tests systématiques avant le départ sans qu'une quarantaine soit nécessaire à l'arrivée. Cela permettra aux gouvernements d'ouvrir les frontières en toute sécurité tout en équilibrant les considérations sociales et économiques, et de mieux soutenir les efforts de redressement.

"Si nous ne pouvons pas relancer le système de transport aérien de manière coordonnée, efficace et cohérente, nous ne pourrons pas rétablir la confiance tant désirée qui verrait le retour de la demande sur l'ensemble de la chaîne de valeur des voyages et du tourisme. Cela entraînera la perte de nombreux autres moyens de subsistance et un nouveau déclin économique, ainsi que des difficultés et de la pauvreté", a déclaré M. Mikosz.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir