Secteur ferroviaire : le modèle de développement du Maroc suscite un grand intérêt lors d'une conférence internationale

Transport de Personnes
Typography

Le modèle de développement durable du secteur ferroviaire marocain a suscité un grand intérêt lors d'une conférence internationale organisée récemment en collaboration avec l'Union internationale des chemins de fer (UIC) - Région Afrique.

Présenté par le directeur général de l'Office national des chemins de fer (ONCF), président de l'UIC - Région Afrique, Rabie Khlie, le modèle de développement du secteur ferroviaire marocain a retenu l'attention de l'auditoire de cette téléconférence organisée sous le thème "Les défis du développement durable, quels chemins de fer pour demain ? ", indique samedi un communiqué de l'ONCF.

L'ONCF inscrit le modèle de développement des chemins de fer dans la stratégie nationale de développement durable à l'horizon 2030, en se basant sur les orientations et la vision éclairée de SM le Roi Mohammed VI, conciliant les dimensions économique, sociale et environnementale, précise la même source.

Ont pris part à cette téléconférence près de 200 participants représentant 36 pays des cinq continents et issus de divers horizons (organismes institutionnels, réseaux ferroviaires, bailleurs de fonds...), note la même source.

Cette rencontre, qui vient couronner les "green talks" engagés depuis une année, dans le cadre des "Jeudis du rail africain", avec un collège de partenaires internationaux et régionaux (décideurs politiques, institutions, gestionnaires d'infrastructures, opérateurs, industriels, bailleurs de fonds, experts, chercheurs...), a débouché sur l'Appel de Rabat, baptisé "African green deal rail for sustainable mobility".

Plus de 5 600 participants ont constaté, avec force et à l'unanimité, les enjeux de la transformation profonde des systèmes de transport pour intégrer efficacement les impératifs du développement durable et de l'adaptation au changement climatique, notamment pour les pays en développement, en particulier en Afrique, poursuit la même source.

Représentant la voix de la communauté ferroviaire africaine, les participants se sont engagés à présenter, aux négociateurs de la COP26 prévue du 01 au 12 novembre 2021 en Ecosse, l'Appel de Rabat, pour soutenir le développement des chemins de fer africains au service d'une éco-mobilité conforme aux Objectifs de Développement Durable (ODD) et réitérer l'engagement de l'UIC sur la neutralité carbone du rail d'ici 2050.

Cette téléconférence a été une plateforme idéale pour les participants afin de s'informer sur les politiques en matière de développement durable et de connaître les expériences et les bonnes pratiques des réseaux ferroviaires dans le monde.

En outre, elle a permis d'identifier les initiatives (réglementaires, fiscales, techniques, organisationnelles, commerciales, financières et managériales) susceptibles de renforcer le positionnement du mode ferroviaire et de le soutenir durablement et efficacement.

L'ambition est de transformer l'espace ferroviaire africain en colonne vertébrale d'un système de transport plus viable et efficace, apportant une solution fiable au projet d'intégration régionale et de mobilité durable au sein du continent.

Ajouter un Commentaire
Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.