Les taux de fret des conteneurs resteront à des niveaux élevés jusqu'en 2023, selon Drewry.

Marine Marchande
Typography

La plupart des observateurs sont prêts à parier que les taux de fret des conteneurs ne baisseront pas avant la fin de 2021, mais selon le dernier rapport Container Forecaster de Drewry, l'année où cela se produira est même 2023.

Selon la société d'analyse, les transporteurs bénéficieront de taux de fret très élevés qui leur garantiront encore au moins deux années très rentables, du moins jusqu'à ce que la nouvelle série de navires commandés ces derniers mois leur soit livrée. Cette phase de marché si favorable, a observé, est le résultat de deux facteurs - l'impennata de la question du transport causé par le déplacement de la consommation des services aux biens pour effet de la crise sanitaire et les criticités des chaînes d'approvisionnement - destinées à s'estomper jusqu'à disparaître, mais pas si tôt. En particulier, selon Drewry, la congestion portuaire et la pénurie de conteneurs persisteront tout au long de 2021 (bien qu'elles diminuent dans les mois à venir), limitant toujours la capacité disponible et maintenant les taux de fret élevés, voire ponctuels. A tel point que selon la société, du point de vue des bénéfices aussi, 2021 sera une année record pour les entreprises, et ce malgré l'augmentation de certains coûts d'exploitation comme les dépenses pour le carburant.

Quant à 2022, même si Drewry prévoit une certaine baisse des taux de fret en raison de la normalisation des chaînes d'approvisionnement, il estime que les compagnies maritimes connaîtront encore une très bonne année en raison de l'augmentation de l'offre et de la demande de transport, qui sera équilibrée par une gestion prudente des capacités.

Les choses changeront, selon la société d'analyse, après 2022, lorsque les navires commandés ces derniers mois arriveront sur le marché. En particulier, "au quatrième trimestre 2020, des unités ont été commandées pour 1,45 million de Teu de capacité", c'est-à-dire "un nombre de loin supérieur à celui des neuf mois précédents". Aujourd'hui, selon Drewry, les commandes sont égales à 15% de la capacité existante, mais même s'il s'agit d'un chiffre très inférieur aux 60% atteints en 2008, il ne faut pas oublier que "la flotte active actuelle est plus du double de celle d'alors".

Ajouter un Commentaire
Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.