Les taux de fret se stabilisent à un niveau élevé

Marine Marchande
Typography

Une légère détente des taux de fret à des niveaux élevés s'amorce sur le marché mondial des lignes régulières et la qualité du service semble s'améliorer. L'évolution mondiale de la pandémie reste un facteur d'incertitude...

L'offre de transport maritime conteneurisé se détend légèrement simultanément au sein des principales alliances... Pour la période estivale, selon Upply, le marché cesse de connaître la hausse régulière des taux de fret observée ces derniers mois.

"Les expéditeurs qui travaillent directement avec les compagnies aériennes commencent à être servis à peu près normalement. Alors qu'une partie de leurs volumes réguliers devait auparavant payer le prix fort, faute de place, les flux reviennent dans le lit des volumes contractés", explique l'analyste.

Cette évolution serait perceptible sur l'axe Asie-Europe, par exemple, sous l'effet d'une moindre demande liée à deux facteurs simultanés : la baisse de la consommation en Europe et, en Asie, des outils de production et des chaînes logistiques à nouveau perturbés par l'expansion de la variante Delta.

Upply cite le cas du Vietnam, "un pays de production complémentaire à la Chine. Le Vietnam connaît actuellement des incertitudes de production liées à la situation sanitaire et aux pénuries d'approvisionnement en matières premières.

Une meilleure qualité

Ce retour à un meilleur équilibre entre l'offre et la demande contribuerait à améliorer la régularité des services, selon l'analyste. "Les compagnies n'hésitent plus à augmenter la vitesse de leurs navires malgré une hausse du prix du carburant à faible teneur en soufre".

Il estime que "leurs revenus compensent largement ces coûts supplémentaires comme le démontrent leurs résultats du premier semestre". L'accélération de la vitesse des navires contribue également au rééquilibrage de l'offre et de la demande "en créant mécaniquement une offre supplémentaire dans le même espace-temps".

Des incertitudes persistantes

Les auteurs de l'étude notent également une amélioration des temps d'attente des navires au port et des délais de traitement des navires à quai. Toutefois, les auteurs estiment que certains points d'inquiétude demeurent.

Le premier concerne le marché des reefer, car "la disponibilité des prises à quai reste un problème non résolu". Le second est étroitement lié à l'évolution de la pandémie dans le monde.

Un autre facteur susceptible d'avoir un impact sur le secteur des lignes régulières conteneurisées est "la menace de sanctions pour abus de position dominante par les compagnies maritimes aux États-Unis", observe M. Upply.