Protocole de pêche Maroc-UE :Damanaki «Il s'agit d'un moment important»

Pêche
Typography

Le commissaire européenne en charge des Affaires maritimes et de la Pêche, Maria Damanaki. Le montant du nouveau contrat atteint 40 millions d'euros. Cent vingt-six bateaux européens disposeront d'un droit de pêche, contre 137 dans le cadre de l'ancie.

Le nouveau protocole de partenariat dans le domaine de la pêche entre le Maroc et l'Union européenne assurera la pérennité du secteur au niveau local et présente un bon rapport coûts-avantages, a affirmé la commissaire européenne en charge des Affaires maritimes et de la Pêche Maria Damanaki.

«Il s'agit d'un moment important pour la pêche européenne et pour la pêche marocaine», a affirmé la commissaire européenne dans un communiqué, notant que le nouveau protocole est conforme aux principes de la réforme de la politique commune de la pêche de l'Union européenne, car il garantit une gouvernance internationale des pêches responsables.

Selon la commission européenne, le nouveau protocole est cohérent avec la réforme de la dimension extérieure de la politique commune de la pêche de l'Union, dans la mesure où il met largement l'accent sur les avis scientifiques, la rentabilité économique, la bonne gouvernance et le respect du droit international. Il garantit également la durabilité dans la mesure où il limite l'activité de pêche aux ressources excédentaires pour toutes les pêcheries.

Plusieurs Etats membres de l'UE, dont l'Espagne, le Portugal, l'Italie, la France, l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Irlande et le Royaume-Uni sont concernés par ce protocole de partenariat dans le domaine de la pêche avec le Maroc qui comprend 6 catégories de pêche exploitées à la fois par les segments de la flotte industrielle et de la flotte artisanale.

L'enveloppe financière consacrée au Maroc est estimée à 40 millions d'euros. Plus précisément, le coût total du nouveau protocole pour l'UE se chiffrera à 30 millions d'euros par an, dont 16 millions seront versés au Maroc en contrepartie de l'accès à la ressource. Les 14 millions restants seront affectés au soutien du secteur de la pêche au Maroc, la contribution des propriétaires de navires étant estimée à 10 millions d'euros.

Le Maroc et l'UE ont réussi au terme de six rounds de négociations à parvenir à un accord sur un nouveau protocole de partenariat dans le domaine de pêche.

«Accueil positive du nouveau protocole»

L'Espagne a accueilli «positivement» la signature du nouveau protocole de partenariat entre le Maroc et l'Union européenne (UE) dans le secteur de la pêche signé mercredi à Rabat.

 

«Notre évaluation de l'accord est très positive, surtout que la flotte n'exerce pas son activité depuis décembre 2011», a indiqué le ministre espagnol de l'Agriculture, de l'Alimentation et de l'Environnement, Miguel Arias Canete, dans une déclaration à la presse, appelant à la mise en place de tous les mécanismes nécessaires pour l'entrée en vigueur de cet accord le plus tôt possible.

Il a tenu, à cet égard, à saluer l'«impulsion» donnée par S.M. le Roi Mohammed VI et le Souverain espagnol pour parvenir à un accord entre le Maroc et l'UE en la matière, exhortant tous les groupes parlementaires européens à soutenir le protocole.

Il s'agit d'un accord «très important» qui s'inscrit dans le cadre de la «politique d'Etat» de l'Espagne, a souligné Canete, faisant observer que le gouvernement de son pays a beaucoup travaillé pour parvenir à cet engagement «bénéfique pour la flotte espagnole».

Le ministre de l'Agriculture et de la Pêche maritime, Aziz Akhannouch et le commissaire européenne en charge des Affaires maritimes et de la Pêche, Maria Damanaki, ont paraphé, mercredi à Rabat, le nouveau protocole de Pêche liant le Maroc et l'UE.

Cette signature intervient suite à la clôture du sixième round des négociations Maroc-UE, tenu les 18 et 19 juillet 2013 à Rabat.

Le Maroc et l'UE ont entamé le 8 novembre dernier des négociations en vue de la conclusion d'un nouveau protocole de partenariat dans le secteur de la pêche, et ce après une série de réunions exploratoires ayant permis de tracer les contours de ce nouvel accord.

Conclu pour une durée de quatre ans, le nouveau protocole entrera en vigueur dès accomplissement des procédures internes respectives nécessaires, notamment son approbation par les parlements marocain et européen.

Le nouveau protocole prévoit 6 catégories de pêche avec une réduction des possibilités de pêches par rapport à l'ancien protocole en autorisant 126 navires européens contre 137 dans le cadre de l'ancien protocole.

La contrepartie financière totale annuelle estimée du protocole se chiffre à 40 millions d'euros dont 14 millions dédiés à la poursuite de la mise en œuvre du plan «Halieutis» en vue du renforcement économique du secteur de la pêche nationale tout en assurant une gestion durable et responsable des ressources halieutiques.

 

You might like also

La BERD et la FENIP pour une meilleure valorisation des produits de la mer
La Banque Européenne pour le Reconstruction et le Développement (BERD) et la Fédération Nationale des Industries de Transformation de la Pêche (FENIP) organiseront en partenariat avec l’Association Marocaine des Exportateurs (ASMEX) un meeting à Agadir, le jeudi 26 septembre, sous le thème « La valorisation et la transformation des produits …
38 Days ago
Pêche côtière et artisanale : hausse de 9% des débarquements à fin juillet
Les débarquements des produits de la pêche côtière et artisanale ont atteint 724.350 tonnes (T) au titre des sept premiers mois de cette année, en croissance de 9% par rapport à la même période un an auparavant, selon l’Office national des pêches (ONP). …
57 Days ago
13éme Session du Conseil d’Administration de l’Agence Nationale pour le Développement de l’Aquaculture à Agadir
L’ANDA poursuit sa mission d’accompagnement des projets aquacoles et d’appui aux investisseurs pour la concrétisation de leurs projets. …
68 Days ago
Gabon, Mort mystérieuse de poissons à Lambaréné : le gouvernement aphone, les populations dans la psychose
Libreville, 22 Juillet (AGP) – Alors que la mort subite de poissons dans les eaux de Lambaréné, la capitale provinciale du Moyen-Ogooué (Centre), cristallise l’attention depuis plusieurs jours, les populations déplorent le lourd silence des gouvernants dans ce dossier. Il s’agit pourtant d’un problème de santé publique, tout sauf banal.
90 Days ago
Recevez notre newsletter