Navire russe arraisonné par Dakar: Bissau "exige des explications" (officiel)

Sécurité Maritime
Typography

La Guinée-Bissau a dénoncé samedi l'arraisonnement la semaine dernière par le Sénégal d'un navire russe accusé de pêche illégale, qui opérait sous licence bissau-guinéenne, selon un communiqué officiel transmis à l'AFP.

Bissau dénonce "l'utilisation de la force par la marine sénégalaise lors de l'arraisonnement" le 4 janvier du chalutier russe Oleg Naïdenov et "exige des autorités sénégalaises des explications", selon ce communiqué du gouvernement bissau-guinéen.

"De tels actes constituent une violation flagrante des lois internationales et nuisent au climat de paix et de bon voisinage entre nos deux pays frères" voisins, ajoute le texte.

"Le navire russe pêchait avec une licence bissau-guinéenne dûment établie par le ministère bissau-guinéen de la Pêche", affirme Bissau.

Deux Bissau-Guinéens, membres de l'équipage, ont été "sérieusement blessés" lors de l'arraisonnement tandis que les autres occupants du bateau "ont été malmenés" par la marine sénégalaise, a affirmé samedi un responsable du ministère de la Pêche bissau-guinéen.

Le navire se trouvait, selon lui, dans les eaux bissau-guinéennes au moment de son arraisonnement.

Le gouvernement bissau-guinéen a également annoncé la mise sur pied d'une commission d'enquête sur cette affaire.

L'Oleg Naïdenov, un chalutier industriel de 120 mètres de long, immatriculé à Mourmansk (nord-ouest de la Russie), a été arraisonné le 4 janvier par un commando sénégalais au large de la Guinée-Bissau et convoyé à Dakar où il a été placé sous séquestre.

Son équipage, retenu à bord, est composé de 62 Russes et 20 citoyens de Guinée-Bissau, selon l'agence russe Ria Novosti.

Le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Mankeur Ndiaye, a affirmé vendredi à la presse que son pays avait "fourni" à la Russie tous les éléments juridiques expliquant l'arraisonnement du bateau russe que Dakar accuse de pêche illégale dans ses eaux.

"Nous ne pouvons pas accepter, malgré nos moyens limités, que nos ressources halieutiques continuent d'être pillées par des bateaux pirates", avait-il indiqué.

M. Ndiaye avait également affirmé que le propriétaire du chalutier russe était "prêt à payer l'amende" demandée par Dakar.

Le ministre sénégalais de la Pêche et de l'Economie maritime, Haïdar El-Ali, avait indiqué le 5 janvier qu'il comptait obtenir la saisie du navire et de sa cargaison, et la condamnation de l'exploitant à une amende de 400 millions de francs CFA (près de 600.000 euros).

La Russie a exigé jeudi du Sénégal la levée du séquestre du navire, et la libération de l'équipage.

"Le navire est toujours au port (de Dakar) et est gardé par des gendarmes mais les membres de l'équipage ne sont pas interdits de mouvement", a déclaré samedi soir le responsable de la direction de la protection et de la surveillance des pêches sénégalaises, Cheikh Sarr, s'exprimant sur la Radio Futurs médias (RFM, privée sénégalaise).

Il a aussi indiqué que "le capitaine du navire et quatre marins bissau-guinéens" avaient été examinés par deux médecins et qu'ils ne souffraient "d'aucune maladie ou blessure". 

 

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir