Ever Given toujours "bloqué" dans les eaux de Suez au milieu d'un conflit juridique

Marine Marchande
Typography

Bien qu'il ait été libéré à l'intérieur du canal de Suez, le méga-navire Ever Given et sa cargaison restent bloqués en Égypte, ses assureurs contestant la facture du blocage de la navigation du mois dernier.

L'Autorité du canal de Suez (SCA) réclame 916 millions de dollars (761 millions d'euros) de dédommagement pour les six jours de blocage de la navigation mondiale du mois dernier, mais vendredi, l'assureur du Ever Given, retenu en Égypte, a déclaré avoir fait appel et a de nouveau laissé entendre que les coûts étaient exagérés.

L'assureur maritime UK P&I, basé à Londres, a appelé à une "résolution équitable et rapide" de la plainte de la SCA afin de permettre au navire de poursuivre son voyage prévu et à l'équipage de quitter l'Égypte".

La semaine dernière, l'assureur a affirmé que le projet de loi de la SCA devant un tribunal égyptien à Ismaïlia, près du grand lac amer du réseau de canaux, où se trouve le mégaship, était "largement non étayé".

Vendredi, elle a déclaré que son appel devant le tribunal d'Ismaïlia serait entendu le 4 mai, après avoir déposé un appel jeudi.

"L'appel contre la saisie a été fait pour plusieurs raisons, notamment la validité de la saisie obtenue concernant la cargaison et le manque de preuves à l'appui de la demande très importante de la SCA", a déclaré UK P&I dans un communiqué.

La somme a été déclarée la semaine dernière par un fonctionnaire judiciaire et a également été rapportée par le quotidien d'État Al-Ahram, bien que les détails n'aient pas été rendus publics par la SCA. UK P&I, quant à elle, avait chiffré la facture à 916 millions de dollars et déclaré qu'une grande partie de cette somme correspondait à une perte de "réputation" pour la SCA.

UKP&I a déclaré qu'une "offre généreuse" avait été faite pour régler la plainte et qu'elle continuerait à négocier en dehors du tribunal. Elle a déclaré qu'elle fournissait à la société une couverture d'assurance tierce pour les coûts tels que les dommages aux infrastructures ou les réclamations pour obstruction. La cargaison à bord et le navire lui-même étaient "assurés séparément", a-t-elle précisé.

Aucune pollution n'a été causée, le navire était "pleinement opérationnel".

Remorqué le 29 mars, l'Ever Given n'a causé "aucune pollution et aucun blessé n'a été signalé" et était "pleinement opérationnel" avec un équipage compétent à bord lorsqu'il s'est échoué, a déclaré la semaine dernière la UK P&I.

Le méga-navire, chargé de conteneurs à destination de Rotterdam, est resté "en détention", a déclaré UK P&I, ajoutant qu'il était "encouragé", cependant, par le fait que le SCA avait autorisé deux membres d'équipage à rentrer chez eux pour des "raisons de compassion".

Il y avait encore à bord 25 membres d'équipage, dont deux remplaçants, tous originaires d'Inde.

Le propriétaire en faute ?

La semaine dernière, le chef de la SCA, Osama Rabie, a affirmé que le propriétaire japonais, Shoei Kisen Kaisha Ltd, "ne voulait rien payer", tout en affirmant que le propriétaire du navire était en faute, et a déclaré que des négociations étaient en cours.

Le sort du navire est "dans l'arène juridique", a déclaré une porte-parole du propriétaire dans une brève déclaration à l'époque.

Le litige pourrait être complexe puisque le géant japonais est exploité par un chargeur taïwanais et bat pavillon du Panama.

L'Égypte a évalué ses pertes de recettes quotidiennes sur le canal à 12-15 millions de dollars.

À une échelle bien plus large, la Lloyd's List avait estimé les coûts généraux du blocage du transport de marchandises entre l'Asie et l'Europe à 9,6 milliards de dollars chaque jour pour l'économie mondiale.

Le retard éliminé, les conteneurs attendus

Le 23 mars, le navire s'est échoué en diagonale sur un tronçon à voie unique du canal, près de la ville de Suez et de la sortie sud du conduit.

Les files d'attente totalisant 420 navires aux entrées sud et nord ont été résorbées début avril.

UKP&I fait partie d'un groupe d'assureurs maritimes mutuels "protection et indemnisation", appelés clubs P&I, créés au XIXe siècle pour partager les coûts des pertes en mer.

Ajouter un Commentaire
Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.