FT: Des réalisations qui en font la porte d’entrée de l’Afrique vers le monde

Portuaire
Typography

La région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima a maintenu, au cours des dernières années, un rythme de croissance soutenu qui lui a permis de devenir le deuxième plus important pôle industriel du Maroc, et la première porte du continent africain vers l’Europe et le monde.

Le développement constant que connaît la région pendant plus d’une décennie porte notamment sur les domaines de l’économie, l’industrie, la culture, les services sociaux et des infrastructures, conformément à la vision éclairée de SM le Roi Mohammed VI, dans le cadre d’une perspective visant à promouvoir les différents indicateurs du développement humain, à travers le lancement de projets au service de l’être humain, et la consécration du rayonnement international d’une région, qui a, depuis longtemps, été un pont reliant le Maroc à son environnement méditerranéen et européen.

Au cours des 12 derniers mois, la région du Nord, avec à sa tête la métropole de Tanger, a poursuivi son avancée en tant que locomotive de croissance pour l’ensemble du territoire national, tout en partageant les fruits de sa croissance, dans le cadre de la solidarité régionale, avec le reste des préfectures et provinces de la région.

La région du Nord, locomotive économique et industrielle

Avec une croissance d’environ 4,6% entre 2010 et 2017, la contribution de la région à la création de la richesse nationale a augmenté, selon les derniers chiffres officiels, à 8,6% du PIB, ce qui lui a valu de devenir le deuxième contributeur à la valeur ajoutée industrielle du pays.

Le secteur des services est ainsi considéré comme l’activité économique la plus importante au niveau de la région, avec une contribution d’environ 55,2% à la valeur ajoutée régionale, suivi de l’industrie (33,5%).

Le secteur économique de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima s’articule notamment autour des activités portuaires et industrielles dans les zones d’accélération économique situées à proximité des grandes villes, dont le plus important est le complexe portuaire de Tanger Med, qui constitue un hub logistique mondial, situé sur la rive sud du Détroit de Gibraltar.

Le port Tanger Med, le plus grand port à conteneurs en Afrique et en Méditerranée, assure, à travers plusieurs armateurs, des liaisons régulières desservant près de 180 ports à travers le monde, en offrant des capacités de traitement pour 9 millions de conteneurs, 7 millions de passagers, 700.000 camions et un million de véhicules.

Après le démarrage des opérations portuaires du port Tanger Med 2, un total de 4.801.713 conteneurs Equivalent Vingt pieds (EVP) ont été manutentionnés au complexe portuaire Tanger Med durant l’année 2019, soit une progression exceptionnelle de 38% par rapport à la même période de 2018.

L’importance de ce projet structurant ne réside pas uniquement dans sa dimension portuaire, mais elle repose aussi sur les zones industrielles relevant du groupe Tanger Med qui ont continué d’attirer des investissements étrangers en 2019 et au cours des premiers mois de cette année, portant à plus de 1.000 le nombre d’entreprises qui y sont installées, réalisant un chiffres d’affaires dépassant les 8 milliards d’euros dans les secteurs de l’automobile, l’aéronautique, la logistique, le textile et du commerce.

Ces indicateurs économiques se reflètent concrètement dans la vie quotidienne des citoyens. En témoigne, que le taux de chômage est à peine de 7,8% dans la région, contre environ 9,6% au niveau national, et le taux de pauvreté s’établit à 2,6%, soit un niveau inférieur à la moyenne nationale (4,85%), bien que ces indicateurs soient mitigés au niveau des préfectures et provinces de la région.

Education et santé .. des secteurs en émergence

L’ouverture, en septembre dernier à Tanger, de la Faculté de médecine et de pharmacie, est venue compléter l’offre de formation dans un établissement modèle pour la formation dans les différentes filières médicales.

Ce projet, érigé à proximité du Centre hospitalier universitaire qui sera inauguré des les prochains mois, devrait permettre aux étudiants de combiner enseignement théorique et pratique.

 

D’autres projets ont également été annoncés pour la construction de 5 facultés et écoles supérieures dans plusieurs villes de la région, ce qui permettra à l’Université Abdelmalek Essâdi de se doter de 20 entités universitaires, offrant des formations notamment en ingénierie, médecine, pharmacie, droit, économie, sociologie, littérature, langues, physique, et en biologie.

Concernant l’enseignement fondamental, quelque 35 projets ont été lancés au début de la rentrée scolaire 2019-2020, répartis sur 4 écoles communales, 8 écoles primaires, 13 lycées collégiaux, 5 lycées qualifiants, 3 internats et 2 maisons de l’étudiant et l’étudiante, outre le lancement de l’opération de construction d’une centaine de salles de classe dans des écoles primaires en milieux rural et urbain, et ce afin d’augmenter les taux de scolarisation et de réussite au niveau de la région.

Le secteur de la santé a également connu d’importantes réalisations, portant notamment sur l’ouverture d’un certain nombre d’établissements hospitaliers pour améliorer l’offre médicale, en l’occurrence les hôpitaux de proximité à Imzouren et à Ksar El Kébir, tandis que les travaux de construction d’un Centre hospitalier universitaire à Tanger et d’un hôpital provincial à Al Hoceima sont en cours d’achèvement.

A cela s’ajoutent le lancement de projets de construction d’un hôpital provincial à Ouazzane et d’un hôpital régional à Tétouan, et l’ouverture de plusieurs centres de santé dans les villes et les centres ruraux pour rapprocher les services médicaux des citoyens.

Parallèlement aux investissements publics directs dans le secteur de la santé, la direction régionale de la santé a annoncé la signature de plusieurs conventions pour renforcer et améliorer les services de santé dans la région durant la période 2019-2021, pour une enveloppe d’environ 256,9 millions de dirhams (MDH), avec la contribution du ministère de la Santé, de la wilaya et du Conseil de la région, ainsi que de certaines associations actives dans le domaine de la santé.

Environnement et patrimoine … le défi du développement durable

Dans une région, où le domaine forestier couvre le tiers de la superficie totale (31%), l’environnement constitue une préoccupation fondamentale pour assurer la continuité des ressources pour les générations futures et garantir sa valorisation, de manière à réaliser le développement durable, en combinant les contraintes de la croissance économique et de la préservation de l’environnement.

Outre la valorisation des ressources forestières, le secteur de l’eau a reçu une attention particulière, à travers l’annonce des grandes lignes du programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027 au niveau de la région, portant notamment sur la construction de 4 grands barrages d’une capacité totale d’environ 1.400 millions mètres cubes d’eau, la généralisation du raccordement au réseau d’eau potable en milieux urbain et rural, et l’extension des circuits d’irrigation.

Il s’agit aussi de l’annonce d’un programme d’un montant de 335 MDH visant à financer des projets d’irrigation dans le domaine agricole, et d’un autre programme d’approvisionnement en eau potable des villes et agglomérations de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, pour une enveloppe de plus de 4 milliards de dirhams, le but étant d’accélérer les investissements dans le secteur de l’eau, afin de lui donner un nouvel élan et d’accompagner les efforts des secteurs utilisateurs des ressources hydriques.

Cette dynamique positive a concerné également les secteurs de la culture et du tourisme, pour préserver et valoriser le patrimoine matériel et immatériel des différentes métropoles de la région du Nord, en vue de promouvoir l’attractivité touristique et économique de la région.

Elle a été concrétisée par l’adoption de cinq convention multipartites pour réhabiliter et valoriser les anciennes médinas de Chefchaouen, Ouazzane, Ksar El Kébir, Larache et de Tanger, pour une enveloppe d’environ 1,86 milliard de dirhams, outre le lancement du programme complémentaire de réhabilitation de l’ancienne médina de Tétouan pour un montant de près de 350 MDH.

Malgré les répercussions de la pandémie du coronavirus, la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima continue d’avancer vers l’avenir souhaité, en capitalisant sur des projets et des programmes structurants, qui sont le fruit de la vision sage et clairvoyante de SM le Roi Mohammed VI.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir