Evacuation médicale d'un marin ukrainien de Casablanca vers Odessa

Portuaire
Typography

Un marin ukrainien a été hospitalisé à Casablanca, au Maroc. L'assureur maritime a demandé à la GVA de l'aider à trouver un moyen de rapatrier le marin à Odessa, en Ukraine. Outre le fait que le principal défi était la fermeture de l'espace aérien marocain suite à l'épidémie de COVID-19, il y avait quelques problèmes supplémentaires à résoudre.

Les forces de police marocaines ont refusé de rendre le passeport du marin sans une confirmation écrite de la GVA que nous étions responsables du rapatriement du marin et que nous avions fourni les détails du vol et les modalités de transport. Comme l'espace aérien marocain est actuellement fermé, l'obtention des autorisations d'atterrissage à Casablanca a été obtenue grâce aux grands efforts et au soutien du consulat ukrainien au Maroc qui a également contribué à l'approbation du ministère marocain des affaires étrangères.

Ce n'est qu'après avoir obtenu ce qui précède que l'autorité de l'aviation civile a donné son autorisation pour que l'ambulance aérienne puisse atterrir au Maroc.

Le marin a été escorté par la police marocaine jusqu'à l'aéroport et ce n'est qu'après avoir rempli toutes les formalités d'immigration que le marin a pu récupérer son passeport et monter à bord de l'ambulance aérienne.

Afin de garantir le bon déroulement et la réussite de cette mission, toutes les autorités locales compétentes ont été informées à l'avance du rapatriement médical à venir. Grâce à cette collaboration entre plusieurs agences, le marin a été transporté avec succès à Odessa et sa famille l'a accueilli à l'aéroport.

Cliquer ici pour consulter la vidéo l'évacuation d'un marin ukrainien de Casablanca (Maroc) à Odessa (Ukraine).

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir