Construction du port atlantique de Dakhla : le tandem marocain SOMAGEC-SGTM remporte le contrat de 1,2 milliard d'euros

Portuaire
Typography

Depuis plusieurs années, le Maroc s'emploie à faire du Sahara un moteur du développement du continent par la mise en valeur de son domaine maritime. Le démarrage imminent du méga chantier du port atlantique de Dakhla s'inscrit dans cette perspective.

Sans surprise, le consortium SOMAGEC-SGTM, sélectionné comme preferred bidder en mai dernier, a remporté le contrat pour l'exécution du méga-projet du port de Dakhla Atlantic, dans le sud du Maroc.

Les patrons des deux entreprises ont été reçus en audience, mardi 14 septembre, par le ministre de l'Equipement, du Transport, de la Logistique et de l'Eau, Abdelkader Amara. Il s'agissait de faire le point sur la phase préparatoire du lancement des travaux.

Grande victoire pour l'expertise marocaine, le tandem a devancé les candidats sérieux d'envergure internationale, comme le gréco-marocain Archirodon/SEPROB, le groupement Eiffage (France)/ID ou encore l'Egyptian Arab Contractors.

La future infrastructure - dont l'investissement global est estimé à 12,5 milliards de dirhams (1,2 milliard d'euros), contre les 10 milliards de dirhams initialement prévus - sera construite à Ntireft, à 40 km au nord de Dakhla, dans la commune rurale d'El Argoub. La réalisation du projet devrait prendre au moins 7 ans.

Le projet comprend trois composantes principales : la construction d'un quai commercial (30 ha de terrain, 860 m de long et -16 m de profondeur) ; un quai de pêche en haute mer (28,8 ha de terrain, 1 662 m de long et 12 m de profondeur) ; et un bassin de réparation de navires.

Deux ouvrages de liaison sont également prévus : un pont d'accès à la mer (1,2 km) et une route reliant le port à la route nationale (7 km).

La plateforme sera également adossée à la zone industrialo-logistique de 1 650 hectares. Dakhla Atlantique devrait avoir un trafic prévisionnel de 2,2 millions de tonnes de marchandises dans les premières années, avec l'ambition de devenir un hub de relations et d'échanges avec l'Afrique de l'Ouest et l'Amérique latine.