Le Maroc veut créer un centre de recyclage pour les avions en fin de vie

Transport de Personnes
Typography

L'Office National des Aéroports du Maroc (ONDA) envisage de construire et d'exploiter un centre de stockage, de démantèlement et de recyclage des avions en fin de vie.

Le projet sera installé sur un site de 10 hectares près de l'aéroport d'Oujda Angad. Les sociétés intéressées par le projet doivent soumettre leurs offres avant le 8 juin 2021 à l'ONDA, qui conclura ensuite le contrat avec la société qu'elle aura sélectionnée pour une période de 10 ans renouvelable.

L'industrie mondiale du transport aérien a été durement touchée par le coronavirus. D'ici 2020, l'industrie aura perdu plus de 84 milliards de dollars de revenus, selon l'Association internationale du transport aérien (IATA).

Les installations d'entreposage ou de retrait d'aéronefs servent à stationner ou à stocker des aéronefs pendant une période prolongée avant de les remettre en service ou de les mettre en pièces détachées.

En général, le stationnement d'un aéronef dans une installation d'entreposage est nettement moins coûteux que de le laisser dans un aéroport. Cette pratique est courante aux États-Unis, en Espagne et en Australie.

Le Maroc a l'intention d'investir dans cette activité, qui semble être rentable. Selon les experts, les moteurs et les pièces détachées de l'avion peuvent être réutilisés dans d'autres avions ou vendus à des entreprises pour la formation pratique des pilotes, des équipages et même pour des exercices de lutte contre le terrorisme.

D'autres pièces telles que le système de climatisation, les goulottes d'échappement, le train d'atterrissage, ainsi que les métaux recyclés de l'avion, notamment l'aluminium, peuvent également être recyclés dans les secteurs de la fabrication, de l'automobile, de la construction et du vélo.

Ajouter un Commentaire
Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.