Pétrolier échoué au large de Tan-Tan : Examen des moyens d'assurer le remorquage et d'éviter une catastrophe écologique

Sécurité Maritime
Typography

Une réunion s'est tenue, mercredi, au siège de l'Agence nationale des ports (ANP) à Tan-Tan, pour examiner les moyens d'assurer le remorquage du bateau de transport du carburant qui a échoué à l'entrée du port de la ville et éviter une catastrophe écologique.

Au terme de cette réunion, présidée par le gouverneur de la province de Tan-Tan, Azzedine Halloul, en présence des représentants des autorités portuaires et sécuritaires et d'élus, il a été notamment décidé la signature d'un contrat entre l'armateur et la compagnie «SMIT TUG», assureur du bateau accidenté, prévoyant le sauvetage du pétrolier et la préservation de l'environnement, a indiqué à la MAP, Mohamed Othmani, directeur central à l'ANP.

Lors de cette réunion, qui s'inscrit dans le cadre de la loi organisant la convention portant sur la pollution marine et les accidents qui y sont liés, les représentants de la compagnie se sont engagés à recourir à un remorqueur en provenance de Las Palmas, d'une puissance de 16.500 chevaux, et qui devait arriver jeudi à Tan-Tan et faire appel à cinq experts des Pays-Bas, qui seront assistés par un hélicoptère de la Gendarmerie Royale, a ajouté Othmani.

De leur côté, les propriétaires du pétrolier se sont engagés à présenter une garantie financière à l'autorité maritime, conformément à la loi, a souligné le responsable, ajoutant que l'ANP a assuré l'éclairage nécessaire autour du bateau accidenté afin de faciliter l'opération de sauvetage.

Il a été, également, convenu de mettre des barrages flottants à la disposition du commandement provincial de la Protection civile, a-t-il ajouté.

Le navire, qui transportait 5.000 tonnes de fioul industriel, a échoué, lundi soir, à l'entrée nord du port de Tan-Tan, après s'être embourbé dans le sable et traîné par les vagues vers une zone rocheuse.

Une tentative de délivrer le bateau a été entreprise, à l'aide de remorqueurs provenant d'Agadir, de Tarfaya et de Tan-Tan, totalisant une puissance de 6.000 chevaux, mais en vain.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir