Les États-Unis et le Maroc se réunissent pour discuter des progrès de l'accord MCA Compact II

Commerce Exterieur
Typography

Le ministre marocain de l'économie, des finances et de la réforme de l'administration, Mohamed Benchaaboun, a présidé une réunion du comité avec des représentants de la Millennium Challenge Corporation (MCC) des États-Unis pour discuter des mises à jour de l'accord Compact II.

Les États-Unis ont formé l'accord Compact II en novembre 2015 et ont déclaré ses objectifs pour "améliorer la qualité du capital humain et la productivité des terres" par la numérisation au Maroc.

Les États-Unis ont alloué 450 millions de dollars (4 milliards de dirhams) et le Maroc s'alignera sur 15 % de cette contribution.

Lors de la 11ème session du Conseil d'orientation stratégique de l'Agence MCA-Maroc, mardi, le comité a discuté des "progrès significatifs réalisés dans la mise en œuvre des différentes activités du Compact II."

Les activités ont porté sur l'enseignement secondaire, la formation professionnelle, l'emploi, le foncier industriel, le foncier rural et la gouvernance foncière.

L'activité sur l'enseignement secondaire a célébré les nouvelles applications mobiles qui aideront les éducateurs à numériser les modules d'apprentissage et a formé 6.000 cadres éducatifs et administratifs.

Lorsque les États-Unis et le Maroc ont rédigé le Compact II en 2015, "l'éducation et la formation pour l'employabilité" étaient les domaines les plus importants à part la productivité des terres.

Au cours de la section consacrée à l'activité de formation professionnelle, le comité a discuté du fonds Charaka qui vise à créer ou à étendre des centres de formation professionnelle dans le cadre d'un partenariat public-privé.

En ce qui concerne l'activité de l'emploi, les membres du comité ont fait l'éloge de l'OCP Solutions Atlas Cloud Services de l'Université Polytechnique Mohammed VI, qui a développé avec succès une plateforme numérique de demande d'emploi reposant sur l'intelligence artificielle.

Cap Holding, le nouveau partenaire privé du MCC, s'est joint à l'opération au cours de l'activité relative aux terrains industriels et a accepté de contribuer à la "planification, au développement et à la gestion de la zone industrielle de Bouznika dans le cadre d'un partenariat public-privé (PPP)".

La zone industrielle de Bouznika permettra d'améliorer les infrastructures de la région entre Rabat et Mohammedia, telles que les routes, les réseaux d'assainissement, l'eau potable, l'électricité et l'éclairage public.

Le Compact II a alloué 75 millions de dollars (667 millions de dirhams) au développement de la zone, qui permettra de créer 4 000 emplois.

L'activité foncière rurale a défini le plan de conversion des terres irriguées collectives du pays en propriété individuelle (melkisation). En outre, le MCC prévoit de lancer le projet de melkisation dans la ville de Kenitra (nord-ouest) et dans la région de Marrakech-Safi pour un total de 66 000 hectares.

La réunion s'est terminée par la ponctuation par le comité américain de la stratégie du Compact II pour la gestion nationale des terres au Maroc. Les membres du comité ont également mis l'accent sur le rôle des femmes dans le développement foncier et ont signé un nouveau traité de gouvernance foncière promouvant les femmes sur le terrain.

Ajouter un Commentaire
Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.