Cinq bateaux de l'OTAN à la métropole

Marine Militaire
Typography

La Force multinationale réalisera des activités d'entraînement avec des unités de la Marine Royale marocaine.La force maritime "Standing NATO Response Force Mine Countermeasure Group 2" (SNMCMG2) mouille au port de Casablanca depuis le 12 avril. Et c'est le navire « Its Granatiere » qui a jeté l'ancre en premier.

Cette visite de quatre jours s'inscrit dans le cadre du programme annuel des visites de la force dans des ports à travers le monde et du programme de dialogue méditerranéen de l'OTAN. «On est là pour faire des exercices avec la Marine Royale Marocaine. C'est une façon de partager notre technologie, puisque c'est une mer qui appartient à tous et donc il est impératif d'en garantir la sécurité », a signalé le Commandant du SNMCMG2, Patrizio Rapalino. Ce capitaine de Vaisseau embarque à bord du navire amiral Italien “Granatiere”. La Force de l'OTAN est actuellement composée de bâtiments de guerre de déminage appartenant à l'Allemagne, la Grèce, l'Italie et la Turquie.
Cette force navale réunit différents pays alliés, s´entraînant et menant des opérations communes. Elle participe aux activités et exercices maritimes OTAN, et fait escale dans différents ports durant son déploiement. Le SNMCMG2 est une force multinationale et intégrée toujours prête et à la disposition de l'OTAN pour accomplir une large variété de tâches, des participations à de nombreux exercices, aux réaction face aux situations de crise et missions opérationnelles réelles, telle que l'opération antiterroriste de l'OTAN “Active Endeavour”. Sa première mission est la défense des routes maritimes en haute mer contre les menaces de mines. Comme mission secondaire, le groupe obtient des données importantes concernant l'environnement et le fond marin qui contribuent à la recherche scientifique et à la sécurité des routes maritimes.

Ceci et venu dans le cadre du dialogue méditerranéen qui est un projet de coopération de l'OTAN avec sept pays de la rive Sud de la Méditerranée, à savoir l'Algérie, l'Egypte, la Jordanie, Israël, le Maroc, la Mauritanie, la Tunisie. L'objet est de contribuer à la stabilité et la sécurité dans la région et d'arriver à une meilleure connaissance mutuelle. Cette vision d'alliance Nord-Sud reflète une envie partagée qui aspire à la consolidation du dialogue Méditerranéen, et la favorisation de l'infrastructure sécuritaire du bassin Méditerranéen. L'une des missions principales} de cette alliance est la surveillance des zones sensibles, ainsi que des lieux où le trafic maritime est important, en mer Méditerranée comme en mer Noire.

Une escale de formation

La SNMCMG2 inaugure un programme continu de formation opérationnelle, en effectuant des visites dans différents ports dans le monde pour se faire connaître, notamment les ports dans les pays qui font partie du Partenariat pour la paix, de la Méditerranée, accostant aussi bien sur les ports des pays membres de l'OTAN que les pays non-membres.
Elle fera un exercice pendant une journée avec la Marine Royale Marocaine puis partira en Normandie pour s'exercer sur les mines qui datent de la Seconde guerre mondiale.
Cet exercice de simulation a pour but de s'échanger les méthodes de travail et évoluer et améliorer le travail en équipe et de partager les nouvelles technologies et expériences acquises par les deux forces, sachant que la mer appartient à tout le monde. La force SNMCMG2, composée de cinq chasseurs de mines d'Allemagne, Grèce, Italie, Espagne et Turquie, outre le vaisseau amiral et d'appui (marine espagnole) «SPS Diana» qui embarquent le commandement de la force, compte environ 350 membres d'équipage. Rappelons que la SNMCMG 2 vient de fêter en aout dernier ces 10 ans d'existence.

Recevez notre newsletter
Pas de connexion Internet