Un Hommage posthume à la mémoire de Feu Larbi Bouras

Mohamed Larbi BOURAS, n’est plus. Il nous a quittés à Bruxelles, le 16 avril 2020 dans la discrétion la plus totale, fidèle à son tempérament, celui de l’homme sans remous, qui savait donner la vraie mesure au ton et au geste, celle de la pondération et de la sagesse.

Comment présenter cet homme hors du commun ? Par où commencer et par quoi finir, tant le parcours de cet homme est formidable ? Un pari difficile, mais osons le gagner, si possible dans une synthèse que le cadre de cette rubrique nous impose.

Le regretté défunt, ce tangérois bien connu et respecté dans la ville du Détroit à laquelle il était dévoué et grand serviteur. Une considération qu’on lui éprouvait également à l’échelon régional et national en sa qualité d’acteur dynamique dans plusieurs secteurs d’activité, notamment dans le secteur de la pêche maritime.

Larbi BOURAS était connu par la vitalité et le savoir-faire de l’homme d’affaires clairvoyant ; autant de qualités qui lui ont permis de diriger avec professionnalisme plusieurs entités privées des segments de l’activité de pêche, comme la pêche hauturière, la pêche côtière, une madrague, des unités de valorisation des produits de la mer et des activités à d’export du poisson.

Mais ce n’est pas ce qui aura marqué le plus son itinéraire professionnel, puisqu’il a mis tout son talent et son expérience au service de son pays et de celui de la profession. Reconnu par ses pairs, Feu BOURAS, a vite été hissé au podium pour présider l’Association des armateurs à la pêche côtière du port de Tanger, à laquelle il a rendu de précieux services.

En cette qualité, le défunt, homme de dialogue et de concertation, a été un interlocuteur réfléchi de l’administration maritime en général et des pêches en particulier, sur lequel on pouvait compter pour la réflexion et l’échange positif au sujet des stratégies de développement du secteur de la pêche maritime, tout comme pour la mise en œuvre des mesures retenus dans ce cadre.

Son engagement de plusieurs années à la tête de cette association, a montré qu’il savait défendre les intérêts des professionnels de la pêche et des marins pêcheurs, mais aussi ceux du secteur de la pêche maritime, étant convaincu de l’apport essentiel de ce secteur pour le développement socio-économique du Maroc.

Cet engagement indéfectible pour la cause commune, lui a valu d’être élu Président de la Chambre des pêches maritimes pour la Méditerranée et d’obtenir ensuite plusieurs mandats successifs à la Chambre des Conseillers au Parlement. Deux fonctions qu’il va exercer avec humilité, mais surtout avec le même dévouement et la même abnégation dans l’objectif d’apporter sa modeste pierre à l’édifice d’un Maroc prospère. Son passage dans ces institutions, a davantage révélé l’homme au service de ses concitoyens, celui qui n’a jamais fait de ses hautes fonctions ni un métier, ni un tremplin vers une carrière politique, étant convaincu qu’elles représentaient plutôt une forme élevée de service citoyen que tout un chacun pouvait rendre à son pays.

Dans sa vie privée, malgré ses précautions d’homme discret, il était difficile de ne pas dévoiler chez Larbi BOURAS cette rare qualité de bienfaiteur, toujours présent pour apporter l’assistance requise à ses concitoyens et bienveillant lorsqu’il s’agissait de rendre service à sa ville Tanger qu’il chérissait tant. Les tangérois se souviendront de lui également pour son appui au sport dans la région Nord et particulièrement lorsqu’il est venu à la rescousse du Club de football - L’Ittihad de Tanger- en qualité de Président, dans des moments de crise et de difficultés financières. On lui reconnaitra longtemps d’avoir sauvé l’équipe de la relégation et contribué à tracer le parcours gagnant du Club.

C’est ainsi qu’a été Feu Larbi BOURAS, jamais battu par la difficulté, toujours prêt au combat avec la même persévérance et ce sourire inoubliable qui trahissait subtilement l’optimisme et la bonté de l’homme.

A sa famille, à ses amis et à tous ceux qui lui étaient proches dans la vie professionnelle, comme privée, nous présentons toutes nos condoléances les plus attristées et leur affirmons que nous partageons le profond regret d’avoir tous perdu un homme de grande vertu.

Signée par M. Saâd ZIZI

 

Recevez notre newsletter
Pas de connexion Internet