Logistique: la crise du covid-19 impose une digitalisation accrue

Logistique
Typography

La crise sanitaire liée au Covid-19 pousse à une digitalisation accrue du secteur du transport et de la logistique, mis à rude épreuve au regard des restrictions de mobilité et des perturbations dans les lignes de production, ont analysé, jeudi, les participants à une webinaire organisée par la Chambre de Commerce Britannique pour le Maroc.

Une telle crise appelle à un secteur plus agile et flexible, une digitalisation accrue des processus et une réduction du poids de l’informel pour garantir les droits sociaux des travailleurs impactés du secteur,ont-ils souligné lors de cette rencontre traitant de l’impact de la pandémie sur le secteur.

S’exprimant à cette occasion, le directeur des Transports Terrestres et de la Logistique au ministère de l’équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Noureddine Dib, a mis en avant le poids important du transport routier au Maroc, au vu de sa contribution significative à la formation du PIB et les recettes fiscales, outre les milliers d’emplois qu’il assure.

Et de relever que les entreprises du secteur sont fragiles même avant la pandémie, notant qu’il s’agit des micro-entreprises dont 86% réalisent un chiffre d’affaires inferieur à 3 millions de dirhams (MDH) par an avec une part importante de l’informel.

Au vu de la non conformité de plusieurs employeurs à la règlementation sociale, il y a beaucoup d’employés non déclarés à la CNSS, qui ont été incapables de bénéficier des mesures de soutien instaurées par le gouvernement en faveur des secteurs touchés, a-t-il déploré.

En outre, le responsable a indiqué que le transport de voyageurs a été impacté puisqu’il a été administrativement interdit d’assurer les liaisons entre les villes, notant que celui des marchandises, qui avait l’autorisation de circuler, a moins subi les conséquences de la pandémie.

Pour sa part, le directeur de la Stratégie, des Etudes et de l’Information à l’agence marocaine de développement de la logistique (AMDL), Aissam Ech-chabbi, a insisté que la relance de l’ensemble des activités économiques aurait un impact sur la reprise du secteur logistique, eu égard à son caractère transversal.

Cette crise présente une opportunité, d’autant plus que la question liée au stock de sécurité est de plus en plus présente, a-t-il dit, rappelant l’importance de sécuriser l’approvisionnement et de fluidifier la distribution des biens au niveau national.

S’arrêtant sur les enjeux du secteur tels que le coût de la logistique et l’externalisation des activités logistiques, M. Ech-chabbi a souligné que la stratégie nationale logistique est venue mettre à profit le potentiel du Maroc et soutenir la compétitivité des opérateurs.

A cet effet, il a mis en exergue l’axe relatif au développement des zones logistiques et leur rôle d’organisation et de massification de flux, se réjouissant de la présence de la composante logistique au niveau des plans de développement régional (PDR).

La stratégie logistique tend, également, à doter les opérateurs d’une certaine agilité en temps de crise, a-t-il fait valoir, ajoutant qu’elle porte aussi sur le développement et la montée en compétence des ressources humaines dans le secteur.

Par ailleurs, il a fait remarquer que la gestion de la chaine logistique est l’affaire d’une multitude d’acteurs, notant la tendance actuelle vers des chaines raccourcies suite aux ruptures et aléas observés dans les chaines classiques.

Par ailleurs, le président de la Commission de la Compétitivité Logistique et Énergétique à la CGEM, Hicham Mellakh, a assuré que les entreprises de transport ont vécu difficilement la crise, subissant directement l’impact de l’arrêt de l’activité des autres secteurs.

En effet, M. Mellakh a jugé nécessaire une digitalisation du secteur, la diversification des activités et la formation des conducteurs pour davantage d’adaptabilité et de flexibilité, mettant l’accent aussi sur le traitement de la problématique du secteur informel et la sensibilisation à la déclaration des salariés à la CNSS.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir