Agir sur les changements d'équipage des marins pour éviter une crise humanitaire

Sécurité Maritime
Typography

Le secrétaire général de l'OMI demande instamment d'agir sur les changements d'équipage des marins pour éviter une crise humanitaire

Les gouvernements doivent agir de toute urgence pour que les changements d'équipage des navires puissent avoir lieu afin de maintenir la fluidité du commerce mondial et d'éviter une crise humanitaire et de sécurité des navires, a déclaré le secrétaire général de l'OMI, Kitack Lim, aux représentants des États membres. "Nous sommes au bord d'une crise humanitaire et d'un véritable problème de sécurité - nous ne pouvons pas nous attendre à ce que les marins actuellement à bord des navires restent en mer pour toujours. Il est de la responsabilité des gouvernements de permettre aux navires de continuer à circuler, et aux marins de rentrer chez eux ou de se rendre à leur navire pour commencer à travailler", a déclaré M. Lim lors d'une réunion virtuelle organisée par l'OMI (9 juin) pour informer les représentants permanents et les officiers de liaison des États membres de l'OMI. On estime que quelque 150 000 marins attendent de toute urgence de quitter leur navire puisque leur contrat ainsi que toute prolongation de celui-ci ont expiré et qu'ils doivent être remplacés par un nombre similaire, les restrictions de voyage dues à la pandémie de COVID-19 ayant gravement entravé le changement d'équipage. 

M. Lim a remercié les pays qui ont fait des progrès en désignant les marins comme travailleurs clés, en facilitant les changements d'équipage par la mise en œuvre de protocoles de changement d'équipage qui ont été approuvés par l'OMI, en assouplissant les restrictions de voyage, notamment en facilitant la délivrance de passeports et de visas, et en donnant aux marins l'accès aux soins médicaux. "Mais je reste très préoccupé par les pays où des restrictions sont encore en vigueur pour les marins", a déclaré M. Lim.  

La réunion a été mise à jour sur les travaux en cours par le secrétariat de l'OMI, en liaison avec les entités des Nations Unies et les organismes internationaux de l'industrie maritime, pour surveiller la manière dont la pandémie COVID-19 affecte le transport maritime, et pour développer et publier des orientations et des recommandations sur une grande variété de questions, diffusées par lettre circulaire (série n° 4204) et publiées sur la page web COVID-19 de l'OMI.

Réunions de l'OMI

La 32e session extraordinaire du Conseil de l'OMI se tient actuellement par correspondance (jusqu'au 17 juillet). Une série de sessions de discussion virtuelles et informelles sont organisées, avec pour objectif de faciliter le consensus sur les points de l'ordre du jour à l'étude. La première session a eu lieu le 26 mai, et d'autres sessions sont prévues le 15 juin, le 25 juin, le 3 juillet et le 13 juillet. La session du 3 juillet sera utilisée pour tester l'interprétation simultanée à distance dans les six langues officielles de l'Organisation, en utilisant une plateforme spécialisée (KUDO). L'ordre du jour du Conseil comprend l'établissement des priorités et la reconstitution du calendrier des réunions de l'OMI ; et des propositions visant à faciliter le transport maritime pendant la pandémie COVID-19, ainsi que des questions budgétaires et autres.

Émissions de gaz à effet de serre

La quatrième étude de l'OMI sur les émissions de gaz à effet de serre (GES) provenant du transport maritime est presque terminée, a-t-on indiqué à la réunion. L'étude sera soumise au Comité de la protection du milieu marin (CPM), lors de sa 75e session.

Une réunion virtuelle informelle pour échanger des points de vue sur la réduction des GES provenant du transport maritime se tiendra du 6 au 10 juillet. La réunion est ouverte aux participants des États membres de l'OMI, des organisations internationales non gouvernementales dotées du statut consultatif et des organes des Nations unies. L'objectif est de permettre un échange de vues préliminaire sur les mesures à court terme proposées qui ont déjà été soumises à la prochaine session du groupe de travail intersessions sur la réduction des émissions de GES des navires (ISWG-GHG 7). En raison de sa nature informelle, aucune décision ne sera prise, mais l'intention est de faciliter la discussion lors de l'ISWG-GHG 7 (La dernière session du groupe de travail intersessions s'est tenue en novembre 2019 - ISWG GHG 6).

Les participants à la réunion ont appris que la communication des données pour le système obligatoire de collecte de données sur la consommation de mazout (DCS), qui s'applique aux navires d'une jauge brute de 5 000 et plus, progresse. Le Secrétariat a reçu près de 22 000 rapports, sur quelque 30 000 navires auxquels le DCS s'applique. La date limite de remise des rapports est fixée à la fin du mois de juin.

OMI 2020 (limite de 0,50 % de soufre)

La réunion a été informée que la mise en œuvre de la limite de 0,50 % de soufre fixée par l'OMI pour 2020 semblait s'être déroulée relativement bien grâce à la préparation de toutes les parties prenantes. À ce jour, seuls 48 rapports de non-disponibilité du fioul (FONARS) ont été soumis au niveau mondial en ce qui concerne la disponibilité du fioul à 0,50 %.

Renforcement des capacités

Tous les ateliers et séminaires de renforcement des capacités en face à face ayant été suspendus en raison des restrictions de voyage, la réunion a été informée que la division de la coopération technique de l'OMI s'attache à aider les États membres à se préparer aux activités de récupération post-COVID, avec des synergies continues avec l'Agenda 2030 des Nations unies. L'accent est mis sur l'organisation nationale.

En même temps, le Secrétariat travaille avec les instituts de formation affiliés à l'OMI, l'Université maritime mondiale (UPM) et l'Institut de droit maritime international de l'OMI (IMLI), afin d'envisager la possibilité de transformer leur matériel important en modules de formation en ligne pour soutenir le renforcement des capacités dans les pays en développement.

Département des partenariats et des projets (DPP)

Le Département des partenariats et des projets, créé le 1er mars 2020, a fait le point sur ses activités liées au développement de nouveaux partenariats, à la mobilisation des ressources, à la mise en œuvre de grands projets et à la promotion de l'innovation, en étroite collaboration avec la Division de la coopération technique. Le DPP met actuellement en œuvre sept grands projets avec un portefeuille de 32 millions de dollars US (GMN, GloFouling, GreenVoyage, GloLitter, GlA, MEPSEAS et SENSREC). Le projet GloLitter, qui porte sur les déchets plastiques marins, est toujours ouvert à la réception de manifestations d'intérêt de la part des États membres pour se joindre au projet (lettre circulaire n° 4214/Add.2). D'autres projets sont en cours, d'une valeur de 25 millions de dollars US pour des projets de pipelines durs pour 2020-2021 et d'autres projets de pipelines souples de 10 millions de dollars US pour augmenter le soutien de la coopération technique aux États membres. Un forum de l'innovation maritime OMI-PNUE (financé par la Norvège) est prévu pour 2021. Il se concentrera sur le transport maritime à faible émission de carbone et visera à partager les dernières informations sur la R&D et le développement technologique entre tous les États membres.

Système d'audit des États membres de l'OMI

Un seul audit d'un État membre ayant été achevé en 2020, le Conseil est invité à approuver un calendrier d'audit révisé, en avançant d'un an l'ensemble du calendrier d'audit. Dans l'intervalle, les travaux de suivi des audits réalisés en 2016 et 2017, notamment en ce qui concerne la mise en œuvre des plans de mesures correctives, progressent bien.

Malgré l'interruption des audits en 2020, il a été noté que, y compris les audits réalisés dans le cadre du régime volontaire (avant que les audits ne deviennent obligatoires à partir de 2016), 145 audits (volontaires et obligatoires) au total ont été réalisés, représentant une majorité des 174 États membres de l'OMI.

Piraterie et vol à main armée

Les dernières statistiques sur les rapports de piraterie et de vols à main armée contre les navires ont été présentées. En 2020, 102 incidents se sont produits dans le monde entier (au 1er juin 2020). Parmi ceux-ci, 33 incidents ont eu lieu en Afrique de l'Ouest et 20 dans les détroits de Malacca et de Singapour. Pour l'ensemble de l'année 2019, 193 incidents de piraterie et de vols à main armée contre des navires ont été signalés dans le monde, contre 223 incidents en 2018. Les zones les plus touchées en 2019 ont été l'Afrique de l'Ouest (67 incidents), les détroits de Malacca et de Singapour (45 incidents) et la mer de Chine méridionale (34 incidents), avec 14 incidents signalés dans la région Pacifique de l'Amérique du Sud, et 12 dans la région Caraïbes de l'Amérique du Sud. Ces chiffres incluent les tentatives d'attentats et les attentats commis.

Dans le Golfe de Guinée, le nombre d'incidents a diminué de 14 par rapport à 2018. Toutefois, le nombre d'incidents impliquant des enlèvements et des disparitions d'équipage est passé de 11 en 2018 à 20 en 2019, avec un total de 151 membres d'équipage signalés comme enlevés/manquants. Il s'agit du nombre le plus élevé jamais enregistré jusqu'à présent. La réunion a notamment noté que le Secrétaire général avait virtuellement rencontré, le 21 mai 2020, le nouveau directeur général de l'Agence nigériane d'administration et de sécurité maritimes (NIMASA), le Dr Bashir Jamoh, qui a fait le point sur les efforts du Nigeria pour lutter contre la piraterie et les vols à main armée dans la région. De nouvelles meilleures pratiques de gestion visant à décourager la piraterie et à renforcer la sécurité maritime au large des côtes de l'Afrique de l'Ouest, y compris dans le golfe de Guinée, ont également été publiées.

SIÈGE DE L'OMI

En ce qui concerne le bâtiment du siège de l'OMI, la réunion a été mise à jour sur le plan progressif et prudent d'une réouverture future, qui tiendra compte des orientations du gouvernement britannique en tant que pays hôte et des directives de l'OMS et de l'expérience d'autres agences des Nations unies, notamment en matière de distanciation sociale dans l'ensemble du bâtiment. En juin, jusqu'à 10 % du personnel du secrétariat de l'OMI se rendra volontairement dans le bâtiment du siège pour tester les dispositions mises en place. Les dates des phases suivantes seront progressivement décidées au fur et à mesure que les enseignements seront tirés de chaque phase d'essai.

Briefings aux représentants permanents et aux officiers de liaison

Des réunions d'information à l'intention des représentants permanents et des officiers de liaison ont généralement lieu régulièrement au siège de l'OMI, à l'invitation du secrétaire général. Il s'agissait de la deuxième édition virtuelle, depuis la première en avril.

Recevez notre newsletter
Pas de connexion Internet