3 morts, 1 disparu après le naufrage tragique d'un remorqueur impliqué dans le nettoyage de la marée noire du Wakashio

Sécurité Maritime
Typography

Trois hommes sont morts, tandis qu'un autre est porté disparu après qu'un remorqueur impliqué dans les efforts de nettoyage de la marée noire causée par le vraquier Capesize Wakashio, a chaviré suite à une collision avec une barge par mauvais temps.

Quatre personnes ont été sauvées de l'eau après la collision lundi soir.

Comme l'a appris l'Offshore Energy-Green Marine de sources familières avec le sujet, un membre d'équipage a été récupéré de l'eau par un hélicoptère répondant à un signal de détresse envoyé par les deux navires après la collision.

Il semble que l'hélicoptère ait manqué de carburant au milieu de l'opération et qu'il ait dû retourner faire le plein pendant deux heures avant de se rendre à nouveau sur le site. Pendant ce temps, des pêcheurs locaux se sont précipités sur les lieux au milieu de la nuit et ont réussi à sauver trois hommes supplémentaires.

Le capitaine du navire est toujours porté disparu.

Le remorqueur en question, nommé The Sir Gaetan, aurait quitté le site de l'épave lorsqu'il a percuté la barge, utilisée pour transporter les pièces récupérées sur le site de la marée noire. Le navire a coulé au large de la côte nord-est de la nation insulaire de l'Océan Indien, selon l'Associated Press qui cite la police mauricienne.

On ne sait pas très bien pourquoi les deux navires prenaient la mer dans de telles conditions météorologiques.

Pour rappel, le vraquier japonais Wakashio s'est échoué au large de l'île Maurice le 25 juillet. Le pétrole de soute du navire a fui le 6 août, et le navire s'est brisé le 15 août.

On estime qu'environ 1 000 tonnes de pétrole se sont échappées de l'épave, dans ce qui est considéré comme la pire marée noire de l'histoire de l'île Maurice.

Ce dernier incident alimente la colère des Mauriciens, qui ont exprimé leur mécontentement face à la gestion de l'échouage et de la catastrophe environnementale qu'il a provoquée dans les rues de la ville.

On estime que des dizaines de milliers de Mauriciens ont défilé dans la capitale au cours du week-end, appelant à la démission du gouvernement actuel en raison de sa lenteur à réagir à l'échouement du navire avant qu'il ne se brise et ne déverse du carburant.

De plus, environ 35 cadavres de dauphins se sont échoués sur les plages mauriciennes la semaine dernière, ce qui fait craindre que la mort des mammifères soit liée à la marée noire.

Une enquête est en cours pour déterminer si ces morts sont liées.

Selon le groupe environnemental Greenpeace, les impacts à long terme de la marée noire restent à déterminer, mais on estime qu'elle affecterait probablement les tortues, les oiseaux de mer et une grande partie de la vie marine dans la région.

"Les résultats préliminaires montrent que le corps de ces animaux ne présente pas de traces d'hydrocarbures, que ce soit dans le système respiratoire, la peau, le visage ou l'estomac. L'estomac des mammifères marins autopsiés était vide mais ces animaux portaient de graves blessures à la mâchoire. Des morceaux de graisse et de peau ont été prélevés pour des analyses complémentaires, notamment des tests ADN", a déclaré le 28 août le ministère de l'économie bleue, des ressources marines, de la pêche et des services maritimes.

"Cependant, tous les échantillons prélevés seront soumis à des tests bactériologiques et toxicologiques. L'analyse toxicologique sera effectuée au laboratoire médico-légal. Les résultats complets sont attendus dans les prochains jours et seront communiqués dès qu'ils seront disponibles".

L'arc du Wakashio a été envoyé à sa dernière demeure le dimanche 24 août dans les eaux mauriciennes. La section arrière doit encore être enlevée et le pays a ouvert un appel d'offres international pour l'enlèvement de la section arrière du navire.

En attendant, l'enquête sur l'accident se poursuit.

Le capitaine et l'officier en chef du navire accidenté ont été arrêtés et font l'objet de poursuites pénales pour la catastrophe environnementale.

Sunil Kumar Nandeshwar, le capitaine du vraquier Capesize, a comparu au tribunal dans la capitale mauricienne mardi, et ses avocats ont demandé l'abandon de toutes les charges retenues contre lui, selon les rapports des médias français.

Le capitaine risque jusqu'à 60 ans de prison pour "interférence illégale avec l'exploitation d'un bien d'un navire susceptible de mettre en danger la sécurité de la navigation", en vertu des articles 5(1) (b) (2) et (9) de la loi mauricienne sur la piraterie et la violence maritime.

MOL, l'affréteur du navire et Nagashiki Shipping, le propriétaire du navire, travaillent au nettoyage et envoient des équipes et du matériel sur le site.

Le MOL est sur le point de créer une équipe de contribution environnementale et sociale spécialisée dans les efforts de restauration de l'environnement à Maurice.

L'équipe est composée de 3 employés qui se consacrent à cette tâche et de 10 employés qui ont des rôles multiples.

"À court terme, la nouvelle équipe se concentrera sur l'organisation de la logistique des équipements nécessaires pour les travaux de récupération et d'enlèvement de la marée noire. A plus long terme, l'équipe travaillera sur des plans de restauration de l'environnement et contribuera à la communauté locale de Maurice en coordonnant avec des experts qui ont des connaissances sur l'environnement naturel et ses activités de conservation", a expliqué le MOL.

La société souhaite également mettre en place un bureau de représentation à Maurice en octobre de cette année afin de coopérer et de répondre aux besoins des autorités et des communautés concernées à Maurice.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir