Défendre les marins échoués lors de la Journée des droits de l'homme de l'ONU

Sécurité Maritime
Typography

La Journée des droits de l'homme des Nations unies met l'accent sur l'importance des droits de l'homme dans le cadre du redressement post-COVID. L'OMI met en lumière le sort des centaines de milliers de marins qui sont toujours bloqués en mer et a lancé un appel fort pour que leurs droits fondamentaux soient respectés.

On estime que 400 000 marins sont actuellement bloqués sur des navires au-delà de la fin de leur contrat initial et ne peuvent être rapatriés, en raison des restrictions de voyage liées à la COVID. Certains travaillent maintenant en mer depuis plus de 18 mois, bien au-delà de la limite de 11 mois fixée par la Convention du travail maritime (CTM) de l'OIT. Un nombre similaire de marins sont coincés chez eux, incapables de rejoindre les navires et de subvenir aux besoins de leur famille.

Dans une déclaration publiée à l'occasion de la Journée des droits de l'homme (10 décembre), le secrétaire général de l'OMI, Kitack Lim, a invité tous les acteurs des chaînes logistiques et d'approvisionnement à défendre les droits de l'homme dans l'ensemble du secteur maritime. "Malheureusement, nous avons vu les droits de l'homme des marins, des pêcheurs et des autres travailleurs maritimes mis en danger pendant la pandémie", a déclaré M. Lim. "Il s'agit clairement d'une question de droits de l'homme. Cela provoque une tension immense, de la fatigue et de l'épuisement et n'est pas viable".

Les gens du secteur maritime ont été en première ligne pendant la pandémie, livrant de la nourriture, des médicaments et des biens essentiels dans le monde entier. Cependant, les marins ne peuvent pas rester en mer indéfiniment. Le secrétaire général a averti que le fait de ne pas protéger les droits des marins, des pêcheurs et des autres personnels de la mer mettra en péril la sécurité de la navigation et aura un effet néfaste sur les chaînes d'approvisionnement mondiales. (Lire le message complet ci-dessous).

Les marins racontent leur histoire de pandémie dans une nouvelle vidéo de l'OMI

Afin de mieux faire connaître ce problème, l'OMI a lancé une vidéo dans laquelle des marins décrivent les défis qu'ils ont dû relever en raison de la pandémie et les conséquences de la crise du changement d'équipage qui en a résulté sur leur santé physique et mentale.

Cliquez ici afin de visualiser la vidéo 

Parmi eux, l'ingénieur en chef britannique Matt Forster a vu son contrat initial de dix semaines prolongé et a fini par passer six mois en mer. "Le plus grand effet psychologique était que vous ne pouviez pas en voir la fin. Aucun d'entre nous n'a signé pour cela. Nous voulons aller travailler, faire notre travail, puis rentrer à la maison. Nous n'avons pas signé pour ce qui ressemblait à une peine de prison injustifiée", a-t-il déclaré.

Le capitaine américain Hedi Marzougui a déclaré que la longue période passée à bord avait eu un impact important sur son équipage et sur lui-même. "Plus vous restez longtemps à l'extérieur, plus vous êtes fatigué physiquement. Les heures commencent à s'accumuler, les semaines et les mois à s'additionner. Et vous êtes très fatigué et vous n'êtes pas aussi vif que lorsque vous faites votre quart normal", a-t-il déclaré, ajoutant que la fatigue et l'épuisement peuvent conduire à des accidents.

Le capitaine Marzougui a appelé le monde à aider ses compagnons de mer encore bloqués en mer. "Nous avons aussi des droits en tant qu'êtres humains, nous avons notre propre famille. Nous avons une vie à laquelle nous devons retourner. Nous ne sommes pas des robots, nous ne devons pas être considérés comme des citoyens de seconde zone", a-t-il déclaré.

Parmi les marins qui n'ont pas pu rejoindre les navires en raison des restrictions de voyage, le second officier indien Pankaj Gautham a eu beaucoup de mal à nourrir sa famille. "C'était une crise financière pour moi, et c'était une période difficile", a-t-il déclaré.

L'action de l'OMI pour les droits des marins

À l'occasion de la Journée des droits de l'homme, l'OMI appelle tous les gouvernements qui ne l'ont pas encore fait à désigner les marins et le personnel maritime comme travailleurs clés, avec toutes les priorités que cela implique en matière de voyage, de transit et de vaccination, et à permettre aux marins de voyager en toute sécurité, en utilisant les protocoles de changement d'équipage recommandés. Dans une résolution adoptée le 1er décembre, l'Assemblée générale des Nations unies a également appelé les États membres de l'ONU à désigner les marins et autres personnels de la mer comme travailleurs clés.

L'équipe d'action de crise pour les marins de l'OMI (SCAT) continue d'aider les marins en détresse dans des situations désespérées, en défendant leurs droits fondamentaux à des conditions de travail décentes, à un traitement équitable, à l'accès aux soins médicaux à terre et au rapatriement. Cette année, la SCAT a traité des cas impliquant des milliers de marins à titre individuel.

Journée des droits de l'homme des Nations unies, 10 décembre 2020

Message de Kitack Lim, Secrétaire général de l'Organisation maritime internationale (OMI)

"En cette journée des droits de l'homme, le 10 décembre 2020, l'Organisation maritime internationale (OMI) s'unit à la famille des Nations unies pour défendre les droits de l'homme. Alors que nous traversons la pandémie COVID-19, nous devons travailler ensemble pour reconstruire un monde plus durable, plus résistant et plus juste, avec les droits de l'homme au centre de tout ce que nous faisons.

Les gens du secteur maritime ont été en première ligne pendant la pandémie. Les marins, le personnel maritime, les travailleurs portuaires, les pêcheurs - ont livré des denrées alimentaires, des médicaments et des biens vitaux pour l'économie mondiale. Ces personnes seront fondamentales pour le redressement post-COVID, et leurs droits à des conditions de travail sûres et décentes doivent être reconnus, respectés et protégés.

Malheureusement, nous avons vu les droits de l'homme des marins, des pêcheurs et des autres travailleurs de la mer mis en péril pendant la pandémie. Des centaines de milliers de marins, qui sont essentiels au maintien des chaînes d'approvisionnement, restent bloqués en mer pendant des mois après la fin de leur contrat. Un nombre similaire de marins sont bloqués chez eux, incapables de rejoindre les navires et de subvenir aux besoins de leur famille. Il s'agit d'une question de droits de l'homme évidente. Cette situation est source de tension, de fatigue et d'épuisement immenses et n'est pas viable.

L'incapacité à protéger les droits des marins, des pêcheurs et des autres membres du personnel maritime et à résoudre la crise du changement d'équipage aura un effet néfaste sur la sécurité des navires et sur la chaîne d'approvisionnement mondiale. Plus la situation persistera, plus ces effets seront graves.

En cette Journée des droits de l'homme, j'appelle tous les gouvernements qui ne l'ont pas encore fait à désigner les marins et le personnel maritime comme des travailleurs clés, avec toutes les priorités que cela implique en matière de voyage, de transit et de vaccination. Je ne suis pas le seul à lancer cet appel ; l'ensemble des Nations unies s'y associe, comme en témoigne l'adoption récente de la résolution A/75/L.37 par l'Assemblée générale, "Coopération internationale pour relever les défis auxquels sont confrontés les gens de mer du fait de la pandémie de COVID-19 afin de soutenir les chaînes d'approvisionnement mondiales".  

L'équipe d'action de crise pour les marins (SCAT) de l'OMI a traité cette année des centaines de cas individuels, en aidant les marins en détresse dans des circonstances désespérées. Garantir les droits fondamentaux de l'homme, des conditions de travail décentes, un traitement équitable, l'accès aux soins médicaux à terre et le rapatriement est au cœur de ces cas de marins et s'inscrit dans la réalisation de l'objectif 8 du développement durable - un travail décent pour tous.

Nous devons également continuer à nous pencher sur la question de l'abandon des marins. Le nombre de cas a considérablement augmenté en 2020. À ce jour, 65 nouveaux cas ont été signalés - contre 40 en 2019. Parmi ces nouveaux cas, seuls 18 ont été résolus jusqu'à présent. Près d'un tiers des cas signalés cette année sont une conséquence de la pandémie COVID-19. Nous continuons à travailler avec l'Organisation internationale du travail (OIT), les États membres et nos partenaires industriels et syndicaux pour tenter de résoudre ces cas, en nous appuyant sur notre responsabilité collective et notre devoir humain. Si les causes de l'abandon sont nombreuses, elles ont toutes un impact humain dramatique auquel il faut s'attaquer.  

Cette année, la Journée des droits de l'homme est l'occasion de mettre l'accent sur les droits des travailleurs essentiels, y compris ceux du secteur maritime. Nous dépendons tous d'eux.

J'invite toutes les personnes impliquées dans les chaînes logistiques et d'approvisionnement à agir pour défendre les droits de l'homme, dans l'ensemble du secteur maritime et pour un traitement équitable, en veillant à ce que les droits des marins, des pêcheurs et des autres membres du personnel maritime figurent en tête de leurs plans de responsabilité sociale d'entreprise.

Aujourd'hui, pour mieux me remettre de la pandémie COVID-19, je défends les droits de l'homme : l'êtes-vous ?

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir