Neuf pirates condamnés lors d'un procès unique en son genre en Afrique de l'Ouest

Sécurité Maritime
Typography

Dans le cadre du premier procès du genre, un tribunal du Togo, pays d'Afrique de l'Ouest, a reconnu et condamné à la prison neuf individus pour des actes de piraterie maritime. L'affaire découle d'un incident survenu en 2019, au cours duquel le groupe a abordé un petit pétrolier, dévalisant l'équipage avant d'être appréhendé par la marine togolaise.

"Les gens doivent comprendre que la piraterie et les vols à main armée en mer seront punis", a déclaré un procureur chargé de l'affaire au tribunal. "Pour ces délits en mer, a-t-il promis, nous serons intransigeants". La petite nation africaine, située le long du trouble Golfe de Guinée, avait modifié son code pénal en 2015 pour y inclure les actes de piraterie maritime. Si les pirates ont été capturés en 2019, les poursuites ont été menées par un nouveau gouvernement nommé en octobre 2020.

Au total, 10 personnes, dont sept du Nigeria, deux du Togo et une du Ghana, ont été inculpées de piraterie maritime, de violences volontaires, de tentative de vol et de participation à un groupe criminel. Le tribunal a estimé qu'un Nigérian, Peter Paul, était le cerveau du groupe qui avait attaqué le pétrolier. Il a été condamné à 15 ans de prison, à une amende de 90 000 dollars et, à sa sortie de prison, à une interdiction de séjour au Togo pendant cinq ans.

Six autres individus ont été reconnus coupables de faire partie du groupe et chacun a été condamné à 12 ans de prison et à une amende de 45 000 dollars. Un septième individu, originaire du Ghana, qui s'est échappé de la prison, a été reconnu coupable par contumace et condamné à 20 ans de prison et à une amende de 90 000 dollars. Un mandat d'arrêt international a également été lancé contre cet individu. La dixième personne, originaire du Togo, a été acquittée pour des raisons inexpliquées.

L'incident a commencé dans la nuit du 11 mai 2019, alors qu'un pétrolier de 1 433 tpl, le G-Dona 1, était ancré au large de Lomé, au Togo. Après avoir abordé le navire, les pirates ont détenu l'équipage et ont forcé le navire à s'éloigner du mouillage. Les pirates étaient à la recherche des objets de valeur de l'équipage lorsque le centre d'opérations maritimes et la marine togolaise, dans sa salle d'opérations, ont observé le navire effectuant des mouvements erratiques. Un appel des propriétaires du navire a signalé que le navire avait été attaqué, et un appel au navire a reçu une réponse vague. La marine togolaise a dépêché deux patrouilleurs qui ont intercepté le navire et, à l'aide d'une vedette rapide, la marine est montée à bord du navire et a appréhendé les pirates.

La capture s'est produite à environ 25 miles nautiques du mouillage de Lomé le 12 mai 2019. Le navire a été ramené au mouillage et l'équipage n'aurait pas été blessé au cours de l'incident.

Ajouter un Commentaire
Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.